Les 10 commandements du backpacker

Comme il m’arrive souvent de penser au voyage, j’étais en train justement de penser à ce que cela signifiait pour moi de voyager en tant que backpacker. C’est un choix à faire, il signifie à mon humble avis vraiment voyager et non pas partir en tant que touriste. Le voyageur dans le sens “backpacker” n’est pas un simple touriste. Certes il lui arrivera d’en avoir l’air par ses visites des lieux connus (et donc touristiques) mais sa démarche va plus loin. Il n’est pas juste là pour ça, mais pour réellement découvrir un pays. Sa visite ne se limite donc pas à une connaissance superficielle de la culture et des coutumes, mais généralement il essaie un minimum de vivre le pays, voire de vivre comme ses habitants. Il fait l’expérience autant que faire se peut du mode de vie local.

Sur le papier c’est bien beau, mais concrètement quelles recommandations je donnerais ?

Voici (selon moi toujours) les 10 commandements du backpacker :

1) A la rencontre des autres tu iras

rencontre2
Un homme bien serviable qui nous a aidé à trouver notre bus, Sri Lanka, février 2016

Un des meilleurs moyens de bien découvrir un pays, c’est par ses habitants. Tu rencontreras aussi naturellement d’autres comme toi sur la route. Cela fait aussi partie du voyage, car ce qui importe dans un voyage ce n’est pas la destination mais le chemin. Rencontrer les autres, c’est rencontrer un soi différent, qui pense et voit différemment. A mes yeux, un des intérêts principaux d’un voyage pour l’ouverture d’esprit.

Les rencontres dans la vie sont comme le vent. certaines vous effleurent juste la peau, d’autres vous renversent. Florence Lepetitdidier-Rossolin

 

2) Des coins peu ou pas touristiques tu découvriras

Un village isole quelque par entre Kalaw et le lac Inle, Myanmar, juillet 2014
Un village isolé quelque par entre Kalaw et le lac Inle, Myanmar, juillet 2014

Visiter les lieux que tout le monde fait, oui c’est normal, même si tu n’estimes pas être un touriste, tu ne voudrais pas rater cela. Ca n’empêche que ta curiosité te pousse à aller dans des villages reculés, te balader dans des coins d’une ville sans aucun touriste. En tant que backpacker tu es forcément curieux de gratter un peu ce vernis des quartiers et lieux touristiques si bien entretenus pour voir ce qu’il y a dessous. Ce qu’il y a dessous, ce n’est pas toujours reluisant, mais cela permet d’envisager un pays sous un aspect plus global et ne pas se mentir. C’est ça vraiment découvrir un pays.

A notre époque, le seul luxe est l’authenticité. Henry de Montherlant

 

3) En auberge de jeunesse ou guesthouse tu dormiras

hostel-185156_1920

Parce que tu n’as pas forcément les sous et que pour toi voyager ça ne veut pas dire se pavaner dans des hôtels haut de gamme, tu dors en auberge de jeunesse ou guesthouse. C’est aussi là que tu pourras justement rencontrer d’autres backpackers. Alors il peut arriver à l’occasion de prendre un logement bien sympa au cours du voyage pour vraiment se détendre et ne rien faire. Mais faire cela tout le temps, c’est clairement pas ton truc.

Le luxe augmente les besoins, la modération le plaisir. Proverbe chinois

 

4) Un peu de la langue locale tu apprendras

Ecriteau en plusieurs langues a la pagode Phaung Daw Oo, Myanmar, juillet 2014
Écriteau en plusieurs langues à la pagode Phaung Daw Oo, Myanmar, juillet 2014

Si un pays t’intéresse, il est normal et même amusant (enfin je trouve) de vouloir apprendre les rudiments de la langue locale. Non seulement c’est aussi signe de respect de la population locale mais c’est aussi bien vue par celle-ci qui appréciera assez souvent l’effort.

Les limites de mon langage sont les limites de mon univers. Ludwig Wittgenstein

 

5) Les transports des locaux tu essaieras

Un bus local, Sri Lanka, fevrier 2016
Un bus local, Sri Lanka, février 2016

Je trouve cela essentiel, il faut essayer au moins une fois d’éviter les bus climatisés, et aller oser se coincer dans un bus local, tu verras toute la différence. Alors il est vrai que c’est assez folklorique. Je me souviens des bus au Sri Lanka, où ma fiancée et moi étions empaquetés à au moins 100 personnes, dont la moitié debout (bien entendu), certaines personnes avec des chargements assez inouïs (par leur variété heureusement plus que par leur volume). Mais comme moyen de se plonger vraiment dans la vie locale, il n’y a pas mieux.

Le confort est une prison pour l’esprit, il affaiblit la chair et prive l’âme de son ardeur guerrière et de sa détermination. Graham McNeill

 

6) A des stands de rue tu mangeras

Stand de rue a Colombo, Sri Lanka, fevrier 2016
Stand de rue à Colombo, Sri Lanka, février 2016

Non seulement tu pourras découvrir une nourriture clairement authentique, contrairement à certains restaurants à touristes qui s’adaptent aux habitudes alimentaires de l’occident, mais en plus il arrivera parfois, voire même souvent que ce soit meilleur que dans ces fameux restaurants à touristes. Sans compter que niveau budget, c’est plutôt léger.

En ouvrages de goût, en musique, en poésie, en peinture, c’est le goût qui tient lieu de montre ; et celui qui n’en juge que par des règles en juge mal. Voltaire

 

7) Aux us et coutumes tu t’intéresseras

temple à bali
Rite de purification par l’eau dans un temple à Bali, Indonésie, août 2014

Ci-dessus j’expliquais l’importance du respect de l’environnement, mais il s’agit aussi de respecter les us et coutume du pays et de s’y intéresser. Par exemple, si tu vas dans un temple, prends bien soin de te couvrir les jambes et les épaules. De plus, il y a mille et une petites choses à découvrir sur la façon dont vivent les gens, sur leurs traditions. C’est tellement fascinant et cela ouvre réellement l’esprit de les découvrir.

La mémoire est à la base de la personnalité individuelle, comme la tradition est à la base de la personnalité collective. Miguel de Unamuno

 

8) De polluer tu éviteras

Cratere du Mont Bromo, Indonesie, aout 2014
Cratère du Mont Bromo, Indonésie, août 2014

Comment peut-on partir à la découverte des merveilles de ce monde et dans le même temps saccager ce dernier ? Découvrir un pays, c’est aussi le respecter. Alors je sais bien qu’il n’est pas souvent aisé de trouver une poubelle digne de ce nom dans les pays du tiers monde. Mais il y a toujours un panier, un bac, un sac ou un quelconque récipient destiné à accueillir tes chers déchets. Si vraiment il n’y a rien, tu garderas l’emballage de ton grignotage ou ta canette vide dans ton sac jusqu’à en trouver. Bon, je ne te parlerai pas de tri car malheureusement ça n’existe souvent pas dans les pays du tiers monde. Mais si tu aimes tant que ça ce paysage, alors tu feras un effort pour le conserver tel qu’il est.

La terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la terre. Sitting Bull

 

9) Tes billets et logements au dernier moment tu choisiras

Non je ne bosse pas pour Skyscanner ;) mais ils ont un tres bon comparateur !
Non je ne bosse pas pour Skyscanner 😉 mais ils ont un très bon comparateur !

Ne réserve pas en avance ! Ce serait dommage au détour d’une rencontre impromptue d’avoir soudainement l’envie d’aller visiter un endroit non prévu au programme et de ne pouvoir le faire. Voyager en tant que backpacker, c’est voyager libre. Alors certes prévoir un peu en avance aide à budgétiser, aide à savoir ce qu’il faut emporter, etc. Mais si tu veux vraiment découvrir des choses sans te fixer de barrières, alors ne réserve rien en avance et prends simplement l’auberge que tu trouveras sur place ou le bus qui t’emmèneras vers ta nouvelle idée de destination.

Quand rien n’est prévu, tout est possible. Antoine de Maximy

 

10) Léger tu voyageras

C'est ca que vous voulez porter tout le temps ? Moi pas
C’est ça (et encore… y’a pire) que vous voulez porter tout le temps ? Moi pas

Si tu choisis le sac à dos pour ne pas devoir tirer de grosse valise dans des terrains peu favorables, c’est pour éviter d’avoir l’air d’un touriste (et d’en être un) et pour conserver ton indépendance. Mais quelle indépendance a-t-on avec un sac de 20kg sur le dos ? Aucune, mais par contre t’es à peu près sûr de t’attraper des problèmes de dos ! Imagine-toi devoir laisser ton sac dans un casier, te le trimbaler à chaque fois que tu arrives dans un nouvel endroit ou le faire transférer durant un trekking en raison de son poids… Plus une contrainte qu’une liberté à mon avis. De nombreux blogs évoquent comment “voyager léger”, voir “voyager ultra-léger”, je ne vais donc pas piquer leurs articles, mais je t’ai mis les liens juste avant 😉

Pour voyager heureux, voyagez léger. Antoine de Saint-Exupéry

 

Bon bah… à vos sacs !! 🙂

2 réflexions sur « Les 10 commandements du backpacker »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s