Le meilleur et le pire de l’Inde

Indiens assis sur le Taj Mahal, une des merveilles du monde

Pour nous l’Inde était un cas particulier. On a débarqué comme ça, sans avoir rien planifié ni su à quoi s’attendre.

En effet, des amis nous ont partagé leur amour du pays, au point d’y retourner plusieurs fois régulièrement. D’autres en revanche nous avaient refroidi en nous décrivant comment ils n’avaient pas pu supporter ce pays. Du coup, on balançait un peu entre enthousiasme et appréhension. Notre dernier sentiment penchait légèrement du côté du doute, étant donné que les dernières personnes nous ayant parlé de l’Inde n’y avaient pas vécu une expérience spécialement agréable.

Mais notre curiosité l’emporta et on se retrouva donc en Inde, ce pays si spécial. Il fallait qu’on le vive, qu’on voit comment c’est là-bas.

Notre arrivée en Inde fut…difficile. Éreintés par notre voyage de 36h depuis le Népal, triste d’avoir quitté ce dernier, nous sommes arrivés dans une des villes les plus intenses d’Inde : Varanasi. Et cerise sur le gâteau, c’était la haute saison touristique en Inde, avec Noël et le Nouvel An approchant (ils fêtent aussi Noël là-bas et ont des vacances pour l’occasion). Du coup on a galéré pour réserver logements et transports qui étaient de ce fait au-dessus de notre budget…

Rue commerçante animée de Jodhpur au Rajasthan en Inde
Les rues hyper animées de Jodhpur

Bref, après moults tentatives d’itinéraires et plans différents, et autant d’échecs face aux problèmes évoqués juste avant, on s’est donc décidés pour un classique tour du Rajasthan en 2 semaines. Un peu court, trop court peut-être, mais vu qu’on a planifié au dernier moment et qu’on ne voulait pas s’y éterniser au cas où, ça restait une bonne (la seule ?) option.

Ainsi on a seulement visité une petite partie de l’Inde. Mais vu comment nous étions et sommes toujours partagés à propos de ce pays, il fallait bien que je vous file le meilleur et le pire de l’Inde selon nous ! Ainsi, vous pourrez vous faire votre avis vous-même ! Enfin j’espère 😉

 

Le meilleur de l’Inde

Des merveilles à découvrir et à vivre, il y en a des quantités en Inde. Nous avons été agréablement surpris de découvrir tant de belles/bonnes choses dans ce pays à l’histoire très ancienne. On avait parfois la drôle d’impression d’être dans un film en explorant l’Inde.

 

LA CUISINE DÉLICIEUSE 

Hmm j’en salive encore rien que d’y penser ! S’il y a bien quelque chose qu’on s’impatientait de découvrir un peu plus tous les jours c’est bien la bouffe ! Si vous êtes déjà allés dans un resto indien, vous n’avez qu’effleuré la surface.

Un curry indien avec des nans
Curry indien accompagné de Nans, je vous raconte pas le régal !

C’est à mon avis une des meilleures cuisines au monde à côté de la cuisine française (attachement, j’y peux rien… alors que je suis végétarien en plus, le comble) et italienne bien sûr ! Les nombreux légumes et l’omniprésence des épices en fait une cuisine juste délicieuse ! Et aussi une cuisine très saine. Seul petit bémol tout de même : ça baigne facilement dans l’huile… Mais à part cela c’est un sans-faute 😉

Si vous allez en Inde ne manquez donc pas de goûter les multiples currys, car oui il y en a des possibilités quasi infinies. Mes préférés sont ceux au paneer (fromage indien), aux épinards et à la tomate et aubergines. Mais les Chats (prononcé tchat) et les Puri sont aussi très savoureux ! Le Chat est un plat composé de condiments, épices et de Puri émietté. Un Puri est un pain indien soufflé qu’on rempli de mélanges de légumes, épices ou autres. . A ne pas manquer également, les fameux Rotis et Nans, un régal ! Bref, vous aurez l’embarras du choix.

Un Chat Puri, spécialité indienne
Chat Puri, je connaissais pas du tout avant, eh ben laissez-moi vous dire que je ne regrette absolument pas cette découverte !

En plus, en parlant de végétarisme, la nourriture en Inde est tout simplement parfaite !! Dans certaines villes comme à Pushkar par exemple, viande et œufs sont carrément interdits ! Pushkar est en effet une ville sacrée.

 

L’INCONTOURNABLE CHAI (THÉ)

Eh ouais carrément un paragraphe entier sur le Chai indien. Faut dire que là-bas c’est quelque chose quand même. On a rencontré quelqu’un (notre cher Amin dont je vous parle dans mon article sur le désert du Thar et aussi un peu plus bas dans cet article) qui s’en descendait 25 par jour !! Une vraie drogue. Ceci dit, une fois qu’on commence à en boire régulièrement, pour faire comme les locaux, on s’y fait vite et on a vite du mal à s’en détacher.

Minuscule gobelet de Chai indien
Nan mais vous avez vu la taille du gobelet ?! En tout cas, on pouvait plus s’en passer du Chai !

Mais pourquoi tant d’enthousiasme pour un simple thé ? Je vais vous dire pourquoi. C’est le meilleur thé au monde !! Non mais plus sérieusement, la recette est pourtant relativement simple. C’est basé sur du thé noir, auquel on rajoute un mélange d’épices (appelé Masala, c’est-à-dire de la cardamome, du gingembre, des clous de girofle et de la cannelle), du lait et bien sûr du sucre pour que ça adoucisse encore un peu le tout.

Dire qu’avant cela j’étais anti-sucre dans le thé et le café dans ma démarche pour avoir une vie plus saine. Surtout que ça paraît plus naturel sans sucre. Mais depuis l’Inde, j’ai rebasculé du côté obscur de la force et ne jure quasiment plus que par du thé ou café sucré. Moi qui pensais que le tour du monde me rapprocherait d’une vie encore plus saine. Bon en tout cas ça a au moins un effet positif sur mon ouverture d’esprit 🙂

Du coup, en Inde le Chai est une véritable institution. On le boit dans de tous petits gobelets en papier (presque de la taille d’un verre à shot) et on se rend à un des multiples stands de Chai qui longent les rues pour aller lire le journal tranquillement et entamer un tchat avec ses amis.

 

L’ARCHITECTURE SUBLIME
Le Taj Mahal, une des merveilles du monde en Inde
Le Taj Mahal est une des merveilles du monde…. Et on comprend vite pourquoi !! Les photos ne rendront jamais justice à tant de beauté !

L’Inde et plus particulièrement le Rajasthan que nous avons visité, regorge de joyaux architecturaux.

Les forts et les palais des Maharaja d’antan recouvrent le Rajasthan et recèlent des merveilles qui m’ont bien souvent époustouflé au bas mot. Le premier que nous avons visité est celui qui m’a le plus impressionné : le Fort Mehrangarh à Jodhpur. Sa verticalité vertigineuse et ses jatis (murs troués en dentelle) sont tout simplement stupéfiants et éblouissants. Les jatis sont une typicité que l’on retrouve un peu partout dans les forts et palais indiens, pour mon plus grand bonheur ! Je ne pouvais m’empêcher de regarder à travers voir si on y voyait quelque chose… Eh bien oui !

Le fort Mehrangarh à Jodhpur au Rajasthan en Inde
Le sublime fort Mehrangarh à Jodhpur…

Un palais très impressionnant pour moi a aussi été le fameux palais des vents à Jaipur (je dis fameux car vous verrez vite sur internet que c’est un des plus connus d’Inde).

Et ce qui est génial avec l’architecture indienne c’est que même sans être fan d’architecture, de forts ou de palais, vous ne pourrez vous empêcher de devenir admiratif de toute cette beauté.

 

LA PUISSANTE CULTURE

Ce qui est impressionnant en Inde c’est à quel point la culture est toujours archi-prenante alors que le pays se modernise à la vitesse grand V (ce qui ne veut pas dire que tout le monde en profite… les contrastes et inégalités font mal au cœur là-bas, mais c’est là un autre sujet).

Les religions, enfin surtout l’hindouisme semble rythmer la vie de nombre d’indiens dont la ferveur ne semble pas se tarir avec la modernisation du pays comme on peut le constater en occident.

La cérémonie hindou Ganga Aarti qui a lieu tous les soirs sur les rives (ghat) du Gange à Varanasi
La cérémonie hindou Ganga Aarti qui a lieu tous les soirs sur les rives (ghat) du Gange à Varanasi

Et chose admirable au plus haut point : les religions (à part dans la région du Cashmere) vivent en harmonie. C’était tellement beau et touchant de voir dans le café de nos amis un petit endroit de recueillement hindou (que les hindous semblent tous avoir chez eux) pour Swaroop alors que Amin est musulman. Ce dernier nous a dit, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde (et ça devrait l’être) : « c’est normal, ça ne me dérange pas du tout ». D’ailleurs pourquoi ça devrait ? Chacun devrait savoir faire preuve d’une telle ouverture d’esprit. L’humanité vaut quand même mieux que ça, non ?

Femmes en Sari, tenue traditionnelle indienne
Des femmes habillées en Sari, une tenue traditionnelle indienne

Autre point de la culture que j’ai admiré tout au long de notre séjour en Inde : les tenues. Surtout chez les femmes, les hommes semblent avoir globalement et malheureusement délaissé leurs vêtements traditionnels. Mais les femmes savent s’habiller. Nombre d’entre elles se vêtissent encore du magnifique Sari et se parent de multiples bijoux. C’est vraiment beau et très folklorique. Ça fait plaisir de voir que des tenues résistent encore aux diktats internationaux et uniques de la mode.

 

LES INCROYABLES INDIENS

Un peu à l’image des népalais, les indiens, quand on apprend à les connaître individuellement sont des crèmes !

Jaisalmer fut pour nous l’occasion de faire une très belle rencontre. C’est là que nous avons rencontré nos amis Amin et Swaroop, les gérants du Café Jaisal. Rencontrés totalement au hasard au détour d’une rue, nous avons finalement passé pas loin des trois quarts de notre séjour à Jaisalmer avec eux. On s’est vite attaché à ces personnes qui ont le cœur sur la main et sont tout simplement adorables. On a passé des demi-journées entières à discuter et boire du Chai avec eux, des instants qu’on est pas prêts d’oublier ! Au moment de devoir quitter Jaisalmer, ceux-ci nous ont même offert un dîner d’adieu ! Ca faisait tellement de bien de rencontrer des personnes si belles intérieurement. Ça donne de l’espoir pour l’Inde, pour le monde et les temps à venir.

Nous avec nos amis Amin et Swaroop
Nous avec nos amis Amin (centre droite) et Swaroop (à droite) 😃

Seema était aussi une belle rencontre. En effet, lors de notre arrivée difficile en Inde à Varanasi, Seema a été l’hôtesse parfaite. Elle a su nous apporter la gentillesse et l’aide dont on avait besoin à ce moment-là.

 

Au final, la beauté de l’Inde tient surtout à ses merveilles culturelles, architecturales et culinaires. Et les gens, lorsqu’on a la chance de les rencontrer individuellement et d’approfondir un minimum la relation sont absolument charmants ! L’Inde est un pays qui a tous les atouts pour charmer les voyageurs.

Mais le pays peut aussi vite devenir insupportable…

 

Le pire de l’Inde

Car le voyage n’offre malheureusement pas que des moments agréables. Nous avons eu l’occasion en Inde de vivre ce dont certains amis nous avaient parlé.

 

LE BRUIT BOUCAN CONSTANT

Si après une journée de visite vous vous sentez las et que la seule chose au monde que vous désirez c’est du calme absolu, c’est que vous êtes en Inde !

Même en tant que parisien aguerri que je suis, j’ai eu du mal, vraiment. Parce qu’en Inde, bien souvent, tout est particulièrement poussé à son paroxysme. Et c’est le cas pour le bruit.

Et que je t’aborde en parlant fort à l’autre bout de la rue… Alors que le commerçant d’à côté vient de le faire aussi et qu’une rangée entière de commerces t’attend.

Et que je te klaxonne ou klaxonne les autres véhicules tout le temps… Je vous jure, il ne se passe pas une minute sans qu’un véhicule ne klaxonne. Quand on multiplie par le nombre de scooters ou voitures, ça fait vite, très vite un boucan diabolique. Notre arrivée en Thaïlande après l’Inde nous a paru étonnement silencieuse.

La circulation intense et très très bruyante des rues de Jaipur au Rajasthan en Inde
Les rues saturées de Jaipur, un des endroits les plus animés d’Inde, tenez-vous prêts !

Ah oui et puis que je hurle au téléphone, comme si le téléphone ne servait pas à transmettre la voix. Mais qu’un bon cri en revanche pourrait atteindre l’autre bout du pays…

On a l’impression qu’on n’aura jamais une minute de repos, pas une pour nous épargner ce vacarme et cette agitation incessante. Pour les indiens c’est normal, mais pour moi petit occidental c’était juste trop.

 

LES NOMBREUX INDIENS

Eh oui, les indiens sont le meilleur et le pire de l’Inde à la fois. Parce que les rencontrer individuellement c’est une chose, mais interagir avec un groupe ou une foule, c’en est une autre. Je sais que dire que c’est “le pire de l’Inde” sonne réellement dur.

Mais si vous passez une journée à vous faire harceler de tous les côtés par littéralement tous les chauffeurs de tuk-tuks sur votre chemin, ainsi que par tous les commerçants et autres colporteurs, vous commencez déjà à sentir une bonne grosse dose de lassitude. “Hello my friend ! Come see my shop !” te lancent-ils parfois avec une simple étale de quelques babioles sur un foulard posé à même le sol. Euh non, je suis désolé je suis pas ton friend, on se connait pas et puis… T’es juste la 70ème personne aujourd’hui à me scander ce qui semble être un slogan universel en Inde. C’est lourd, vraiment lourd. Car dans les villes touristiques du Rajasthan, ce n’est pas ça qui manque, les tuk-tuks et les marchands.

Comme si cela ne suffisait pas, on avait constamment l’impression d’être collé, c’est particulièrement désagréable. On a l’impression de ne plus pouvoir se mouvoir librement, on se fait bousculer… Bon, c’est compréhensible à 1,3 milliards d’habitants en même temps. Par contre, ce que je ne comprends toujours pas c’est comment on peut être si peu respectueux de l’idée d’attendre en file “indienne” justement… C’est un peu la jungle en somme, bats-toi et joue des coudes ou bien prépare toi à devoir prendre ton mal en patience.

Les nombreux indiens remplissant les rues de Jaipur au Rajasthan en Inde
Prêts à affronter la foule ?

Mais le pompon en Inde, c’était quand même les automobilistes et deux roues évoqués avant. A force de se faire klaxonner toutes les 2 minutes par une voiture ou un deux roues à longueur de journée, je vous jure que je finissais vraiment par avoir l’impression affreuse que je ne devais juste pas être là… Je veux dire on aurait dit que je n’avais pas ma place, je n’aurais pas dû exister. Voyons, quelle idée que de marcher en pleine rue ! (il y a rarement des trottoirs). Bip, bip, bouge-toi de là, j’ai tous les droits sur toi, sale piéton ! On aurait dit de l’acharnement !

Enfin, c’est l’effet que ça m’a fait. Je sais que je vais loin et que j’ai une vision biaisée, mais c’est mon ressenti. Et puis, individuellement, chaque conducteur ne sait pas que je me suis déjà fait klaxonner deux minutes avant. C’est juste un comportement normal pour eux, je le sais bien. Mais dur à supporter avec ma vision d’occidental dont j’ai eu du mal à me défaire.

 

LA SALETÉ ET LES ODEURS

Vous avez peut-être l’habitude des pays peu développés, où il est de coutume d’arpenter régulièrement des rues sales et en mauvais état. Avec l’Inde ça prend carrément un tout autre degré. Pensez à un endroit très sale. Maintenant imaginez que l’Inde c’est comme ça partout, multiplié par 3, avec en plus les odeurs qui vous prennent le nez partout.

Vous avez du mal ? Je vais vous aider.

Voici le spectacle qui s’est offert à nous en arrivant à Varanasi : des rues souvent morcelées ou crevassées, des merdes de vaches et de chiens errants un peu partout et leurs odeurs, des déchets à longueur de rue, parfois rassemblés dans des tas très odorants, des conduits d’eaux usées qui ont débordés dans la rue et la puanteur qui va avec… Bref, on devait constamment faire gaffe là où on foutait les pieds.

Rues sales et odorantes à Varanasi en Uttar Pradesh en Inde
Bon je sais ça paraît vraiment pas si sale sur ma photo… Le truc c’est que sur le moment prendre en photo une bouse de vache ou une bouche d’égout complètement débordante m’est pas vraiment venu à l’esprit…

En plus des sollicitations quasi-permanentes dont je vous parlais avant, je vous laisse imaginer l’ambiance des rues indiennes. Cela demande de l’attention constamment. D’où la fatigue qui s’emparait rapidement de nous dans l’après-midi.

 

CERTAINES COUTUMES PAS TRÈS 21ÈME SIÈCLE

En Inde les castes existent toujours. Et ça fait tout drôle de se dire que si tu nais dans une caste, ben tu peux avoir les rêves que tu veux dans la vie… Mais aucun espoir de les accomplir un jour. L’Intouchabilité a officiellement été abolie (les Intouchables sont hors caste car considérés comme « impurs ») et des mesures de discrimination positive ont été mises en place en leur faveur. Malheureusement dans la réalité les choses bougent lentement et les Intouchables ont encore souvent les métiers les plus dégradants. Le pire c’est que la caste des Patels, une caste plutôt aisée s’est aussi rebellée en 2015 contre le système de quota dans les universités en faveur des Intouchables. Un comble !

Ce qui nous a fait bizarre aussi c’est de voir que c’est encore monnaie courante pour des parents que de choisir le mari de leur fille. Et même au sein de familles qui ont la chance d’être éduqués. Une pratique inimaginable en occident ! Non mais franchement, on n’est pas censés devenir totalement indépendants ? Jusqu’à un certain âge, il est bien sûr normal que les parents choisissent pour leurs enfants. Puis peu à peu ils les laissent faire leur choix en prenant soin de bien les conseiller et les avertir si nécessaire, jusqu’à un jour les laisser entièrement libres. Mais vous vous imaginez vivre pour le reste de votre vie avec quelqu’un qui a été le choix de vos parents ??

Une autre coutume qui nous a un peu choqués : en Inde on préfère avoir des enfants garçons que filles. Pourquoi ? Parce qu’une fille ça coute cher à marier. Eh oui, au mariage, comme en France il y a fort longtemps, la fille doit offrir une dote. Sympa la tradition… 🙁

Petite fille et petit garçon indiens
Mais pourquoi devoir choisir ? 😕

Au final, bien souvent l’Inde nous donnait l’impression de remonter le temps jusqu’il y a quelques siècles ou même décennies en France.

 

Je sais que ce n’est pas un tableau très gentil que je dépeins ainsi. Et ça ne paraît vraiment pas spécialement tolérant. Mais c’est malheureusement notre ressenti, la façon dont nous avons vécu l’Inde.

J’avoue qu’on aurait sûrement pu être plus forts mentalement pour mieux accepter le mode de vie des indiens et leurs habitudes tel qu’ils sont. Mais la fatigue initiale n’a rien arrangé, d’autant qu’elle était en permanence prolongée par cette agitation continue.

 

Alors, envie de partir ?

J’espère avec cet article avait voir fait un peu de lumière sur les aspects positifs et négatifs de l’Inde. Car comme je l’ai dit, on entend réellement de tout sur ce pays ! Ce qui rend parfois le choix difficile.

Du coup, si j’ai bien un conseil, c’est de faire comme nous ! Sautez le pas et rendez-vous compte par vous-même, c’est encore le meilleur moyen de savoir. Même s’il y a des choses négatives à nos yeux, cela n’a pas empêché des milliers de voyageurs de tomber amoureux de ce pays !

D’ailleurs si vous avez déjà été en Inde, je serais curieux de savoir ce que vous en avez pensé. Dites-moi ça en commentaire !

Vous aimez ? Épinglez !

Le meilleur et le pire de l'Inde

 

9 commentaires

    1. Oui et c’était pas facile à retranscrire à l’écrit ce qu’on a ressenti parce que je voulais pas non plus qu’on passe pour des gros touristes occidentaux qui se permettent de juger comme ça. Mais bon on l’a vécu comme ça quoi.
      Haha tant mieux alors 😊

  1. Bonjour ! Juste une petite correction sans m’étendre, mais parce que je retrouve cette erreur fréquemment sur les blogs : les castes n’ont jamais été abolies. Seule l’intouchabilité l’a été.

    La loi indienne interdit cependant la discrimination en fonction de la caste. En même temps le gouvernement pratique une discrimination positive : il a instauré des quotas pour les basses castes et les dalits dans la fonction publique ou les universités, preuve qu’elles sont reconnues.
    Autre chose: les Intouchables ne sont pas de basse caste, ils sont hors caste (donc plus impurs que ceux des basses castes).
    Fabrice Articles récents…Sunshine blogger awardMy Profile

    1. Bonjour Fabrice ! Merci pour la correction, effectivement j’ai parlé un peu vite pour les castes ! Je vais corriger l’article tout de suite 😉
      Pour les quotas oui j’avais vu ça effectivement, j’en ai d’ailleurs touché un mot aussi dans l’article.
      Dans tous les cas malheureusement le fond reste le même : malgré les progrès et l’abolition de l’intouchabilité, ce qu’on a vu c’est que ça ne bouge pas encore vraiment.

  2. Bonjour, je reviens d’un mois en Inde du sud. Chennai, Bombay en passant par Madurai, Hampi.. moins dur que le nord, semble-t-il. Kerala exclu suite aux intempéries.
    Je me retrouve bien dans vos points négatifs. Par contre, …..J’ai détesté la nourriture indienne. Je savais que j’allais souffrir mais je ne m’étais pas imaginé à ce point . Même le «no spicy» met la bouche en feu. les épices anéantissent toute tentative de reconnaissance de ce que l’on mange. Tout finit par avoir le même goût. un seul plat par jour vers 18 hs. Il faut bien se convaincre d’avaler quelque chose…Merci les bananes…elles m’ont aidé à tenir.
    Au bout de trois semaines, même le tchai m’a donné la nausée.
    Je suis une femme de 66 ans qui voyage en mode routard. il est heureux que ce voyage ne fut pas une initiation mais un parmi de nombreux autres. Toutefois, je ne regrette pas cette expérience déstabilisante. Elle oblige à se poser des questions.

    1. Bonjour Muriel !
      Je suis « ravi » si j’ose dire de voir qu’on est pas les seuls à avoir passé des moments difficiles en Inde.
      Par contre je suis étonné pour la nourriture indienne. Ceci dit, les goûts, les couleurs… tout ça ^^ Comme quoi chacun le vit bien de façon différente !
      En tout cas bravo de voir ça comme une expérience même si c’était pas vraiment plaisant ! C’est aussi ça voyager, sortir de sa zone de confort et donc prendre des risques mais découvrir tout de même 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.