Pourquoi je n’ai plus peur de l’échec

Moi qui saute de joie dans le désert d'Atacama au Chili

Eh oui aujourd’hui je n’ai enfin plus peur de l’échec !

Après des années à rester tétanisé par bien des obstacles se regroupant sous la coupole de la peur de l’échec, je m’en suis enfin libéré. C’est grâce à notre tour du monde que j’ai pu prendre beaucoup de recul sur moi, ma vision du monde et mon projet de vie. Aujourd’hui je n’ai plus peur de l’échec !

DÉCOUVREZ 10 CHOSES QUE J’AI APPRISES EN TOUR DU MONDE

La preuve ? Je me suis lancé à mon compte avec le blog sans être un pro du webmarketing en espérant un jour pouvoir tout de même en vivre. Rêve de fou ? Peut-être.

→ DÉCOUVREZ POURQUOI JE VEUX DEVENIR BLOGUEUR PRO

En tout cas, je n’ai pas peur de l’échec de cette entreprise. Pourquoi ? Je vous livre ma réponse dans cet article !


Etre plus fort que sa peur de l’échec

 

DOMINER SA PEUR DE L’ÉCHEC

Ce que j’aimerais d’abord préciser, c’est qu’une peur (de l’échec ou autre) ne se détruit pas, elle ne s’élimine pas (de ce que j’ai observé). Ah zut, ça commence bien me direz-vous…

En revanche sa peur de l’échec se domine, on peut choisir d’être plus fort qu’elle. Pour cela il faut s’en détacher, se dire que la peur de l’échec n’est pas soi, mais plutôt une partie de soi qu’on choisit de dominer, de contrôler.

Je ne parlerais pas de vaincre une peur comme on l’entend souvent. Car comme je disais, on ne peut l’éliminer. Ce qui n’empêche pas de prendre le dessus ! Perso je me suis dit : voilà mon défi : c’est moi contre elle, on verra qui est le plus fort ! Et je continue de me le dire régulièrement pour me remotiver. Ainsi, je me détache de ma peur de l’échec et fait appel à toutes mes forces positives, tout mon courage et ma détermination pour faire le nécessaire et gagner.

Moi qui domine ma peur de l'échec en me concentrant sur mes forces positives, prêt à relever le défi !
Battre ma peur, c’est mon défi !

 

NE PAS ÊTRE NAÏF MAIS CROIRE EN SOI

Mais tout cela ne veut pas dire que je sais pas que l’échec peut arriver. Il peut arriver dans l’absolu. Faut pas être naïf et faire comme si de rien n’était.

SAUF, qu’il faut pas se concentrer dessus ! Sinon on augmente justement nos chances d’échouer. Au contraire, je me concentre sur le positif et crois en moi. Personne ne peut réussir s’il ne croit pas en lui, s’il n’est pas téméraire. Je dis ça, parce que j’y crois fort justement. Je n’ai certes pas encore fait mes preuves (rira bien qui rira le dernier), mais je dis ça grâce à ce que j’ai lu ou entendu de grands (ou plus petits) entrepreneurs ou blogueurs.


Mais si malgré tout la peur est ou redevient forte ?

Malgré toutes ces belles paroles, la peur de l’échec est toujours là, enfouie quelque part dans notre esprit. Comme je l’ai dit, on ne la détruit pas.

Ainsi, elle peut resurgir à la surface, s’imposer. Et certaines fois, il sera plus difficile d’être plus fort que cette peur de l’échec. A l’instant même où j’écris ces lignes, je domine toujours cette peur mais elle s’est un peu raffermie en moi. Ça fait 3 mois que je bosse intensément sur le blog mais je n’ai rien gagné financièrement. Je ne suis pas obsédé par la thune, mais si je continue ainsi, je ne pourrai simplement pas vivre.

Comment alors faire face à cette peur, comment s’en sortir pour avancer ?

Je vais vous partager le meilleur moyen que j’utilise de faire face et avancer malgré tout.


Et si en fait, l’échec n’existait pas ?

Ce que j’ai réalisé et qui a tout fait basculer c’est que l’échec après tout, c’est une vision de l’esprit. Comme tout d’ailleurs. On peut donc décider de le voir autrement !

Car en fait, dans notre société, il est mal vu et a une forte connotation péjorative. Mais si on le re-nommait plutôt progression ?

Je vous ai perdus ? Alors lisez la suite…

 

RELATIVISER L’ÉCHEC

Allez, je vous éclaire un peu :

Le problème qu’on a souvent lorsqu’on fait face à l’échec c’est qu’on l’associe à une faillite personnelle. Ce que j’ai fait quasiment tout le temps je crois et a entamé ma confiance en moi. D’où la connotation péjorative et surtout la peur de cet échec.

Pourtant, un échec reste ce qu’il est. C’est à dire, un échec d’une entreprise (au sens large du terme), d’une action… Mais pas de soi. Ça ne veut rien dire d’ailleurs un échec de soi !

Travailler sur le blog, aimer ce que je fais, avancer, progresser, affronter sa peur de l'échec
En plus je prends beaucoup de plaisir à travailler sur le blog ! Enfin surtout je prends beaucoup de plaisir, à la base c’est pour ça que j’ai décidé me lancer en blogueur pro !

Donc, non je ne me suis pas planté, je ne peux pas échouer en tant que moi, en tant que Pierre.

Et mieux encore ! Un échec après tout, c’est une chose qui a raté. Mais juste une chose, pas cinquante milles. Mais le reste alors ? Tout ne s’effondre pas pour autant. Tout le reste qu’on a construit, c’est fantastique ! Faut pas l’oublier ça.

Je vous disais que je ne gagne rien avec le blog pour le moment. Mais qu’est-ce que j’en ai accompli des choses cependant :

  • je fais des articles bien mieux présentés que mes premiers (et je rigole en relisant ces derniers d’ailleurs)
  • j’ai de plus en plus de lecteurs (d’ailleurs je tiens à vous remercier du fond du coeur d’être là ❤) et une communauté de plus en plus engagée
  • j’ai lancé une newsletter dont le nombre d’abonnés grandit de jour en jour
  • j’ai trouvé deux marques partenaires supers : je vous en reparlerai bientôt
  • plusieurs de mes articles sont référencés en toute 1ère place sur Google, ce qui est un peu le Graal du SEO (Search Engine Optimization, optimiser sa place sur Google) quoi !
Statistiques de vues mensuelle du blog UN NOTRE MONDE
Le blog se porte plutôt bien, non ? Merci à vous !

Et puis la question ultime qui me permet de relativiser : en cas d’échec, quelle est la pire chose qui puisse m’arriver ? Posez-vous cette question et vous verrez, c’est sûrement bien moins grave que ce que vous pensiez. En effet, sans y réfléchir vraiment, on a tout de suite une image dramatique due à une réponse émotionnelle qui se forme. Alors qu’en se posant quelques minutes et en réfléchissant à tête froide bah… C’est clairement pas si dramatique.

Bon après j’avoue avoir l’immense chance d’être un blanc né en Occident, dans une famille généreuse, j’ai fait de bonnes études, j’ai le soutien de mes proches et leur amour. Donc je sais qu’au pire des cas, si mon blog marche pas ça ne sera pas si grave. C’est dans ma tête que ça pourra le plus dérailler finalement. Mais pas dans la réalité physique.

 

TIRER DES LEÇONS DE SES ÉCHECS

Quant à l’échec lui-même s’il advient tout de même, n’est-ce pas le moment d’en tirer une leçon ? Se dire : ah bah j’ai fait de travers, la prochaine fois je saurai !

Ainsi plutôt que de voir l’échec comme une fin, comme quelque chose qui nous tire vers le bas, moi j’essaie de le voir comme une progression. A l’image de la vie, il est un apprentissage constant, un cheminement, un passage obligé.

C’est pour ça que je me dis que si jamais le blog ne marche pas et que je peux pas m’en sortir, et bien j’aurais tout de même appris tout un tas de trucs ! J’ai développé une véritable expertise en SEO, ai appris pas mal sur les réseaux sociaux, l’ergonomie d’un site, et bien d’autres. J’ai aussi connu des gens supers grâce au blog, que ce soit sur le blog ou en vrai, des lecteurs, des blogueurs… 😃

200 likes sur Facebook : se concentrer sur les accomplissements et le progrès plutôt que sur l'échec pour mieux relativiser
Il y a quelques moi j’ai passé la barre des 200 likes sur Facebook, aujourd’hui on a dépassé les 300 et ça continue !

Et puis quelle expérience de vie ! Avoir osé tenté de vivre son rêve, c’est déjà énorme !

Tout n’est donc pas perdu, j’aurais donc bien progressé malgré cet “échec” !

Et au final, on peut voir les choses ainsi : je gagne ou je progresse ! Plutôt que “je gagne ou j’échoue et tout est fini” 😅


Prenons des risques !

Prendre des risque et affronter sa peur de l'échec plutôt que de rester paralyser
Allez, on ose !

Au final, l’échec dans notre société contemporaine est un peu un gros mot qu’on doit éloigner de soi au maximum comme s’il s’agissait de la peste. On le fuit donc, on se laisse envahir par la peur qui nous engourdi, nous paralyse et rend inactifs.

Parfois, on se rend si malheureux à ne pas oser. On estime le risque trop grand. Mais comme vous l’avez vu : on sous-estime grandement les bienfaits de l’échec et sur-estimons ces méfaits ! Moi ça fait depuis mon enfance que j’aime écrire et depuis une dizaine d’année que j’avais envie de créer une entreprise. Mais c’était jusqu’alors un voeux pieu.

Aujourd’hui je l’ai fait, je me suis lancé.

Je ne dis pas que c’est facile, d’autant que pour l’instant je suis moi-même toujours en phase de test avec mon blog. Mais en tout cas j’ai osé me lancé et n’ai pas peur. Alors je voulais partager avec vous tout cela, en espérant que cela puisse vous aider d’une façon ou d’une autre !

Faites-moi part de vos expériences, commentez juste en dessous !

Vous aimez mon article ? Épinglez-le !

Pourquoi je n'ai plus peur de l'échec

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.