Site icon UN NOTRE MONDE

Pourquoi devenir végétarien ? 5 bonnes raisons de ne plus manger d’animaux

Le végétarisme on en parle de plus en plus, même les gros médias s’y mettent et c’est tant mieux !

Mais c’est quoi déjà être végétarien ? Devenir végétarien, c’est avant tout un état d’esprit et des convictions. Des convictions qui se traduisent en un acte fort pour changer son alimentation en refusant de manger viande et poisson.

Mais pourquoi les végétariens le deviennent-ils ? Quelles motivations derrière cet acte ?

Si vous vous posez des questions sur le végétarisme et pensez éventuellement à devenir végétarien ou si vous êtes simplement curieux, je vais étayer pour vous quelques (très) bonnes raisons de ne plus manger d’animaux !

 

Voici 5 bonnes raisons de devenir végétarien


1) Diminuer la souffrance animale

 

LES ANIMAUX SONT DES ÊTRES SENSIBLES

Que veux-je dire par là ? Tout simplement que les animaux ressentent la douleur et sont capables d’émotions. Exactement comme nous humains avons mal lors qu’on se casse une jambe, on se coupe par inadvertance ou avons peur si quelqu’un d’armé nous menace. Sauf qu’on se contente pas de les maltraiter, on les tue à grande échelle.

Alors certes, les animaux n’ont peut-être pas une conscience et une intelligence si développées que les être humains. Mais au nom de quoi cela justifie-t-il de les faire souffrir ou les tuer ? D’autant qu’être soit disant moins intelligent n’empêche en rien de souffrir ni d’avoir peur.

Cette vache, tout comme vous ou votre chien ressent la douleur, les émotions…

Le pire ? C’est que les animaux sont plus doués qu’on ne le croit : par exemple une expérience réalisée par des chercheurs de l’université de Bristol a démontré que les cochons ont conscience d’eux-mêmes.

Malheureusement l’humain préfère souvent détruire la nature plutôt que de l’étudier.

 

SOUFFRANCE ANIMALE ? QUÉSACO ?

Ici je ne vais pas vous expliquer les mots “souffrance animale”, mais plutôt vous l’illustrer, ça sera plus intelligible. Car la réalité est à des kilomètres (et encore je suis gentil) de ce que les pubs veulent faire croire ou ce qu’on croit tout court. Voici quelques exemples de souffrance animale.

Bon vous vous doutez que c’est un pas endroit joyeux vu qu’on y tue des animaux, mais enfin on s’imagine quand même qu’il y a bien 2 ou 3 règles pour minimiser la souffrance animale. Alors voilà la théorie : les vaches sont étourdies avant d’être suspendues en vue d’être égorgées (pour diminuer la souffrance). Normalement elles sont égorgées le plus vite possible après l’étourdissement comme le stipule la loi française. Ce qui se passe en vrai : l’étourdissement est parfois mal fait, ou bien simplement la vache attend trop entre l’étourdissement et son égorgement et reprend conscience. Résultat : il arrive que la vache soit parfaitement consciente lorsqu’on lui coupe la gorge…

Les vaches une fois égorgées se font couper les pattes

Et je ne vous parle même pas des vaches en gestation et des fœtus ou veaux qui crèvent, ni du stress des vaches, ni de leur peur, ni de l’odeur infâme de l’endroit et tout ça…

Ils sont enfermés sans jamais voir la lumière du jour, les bébés séparés de leur mère, avec jusqu’à 22 poulets par m2 ils se marchent littéralement dessus, les litières sont jamais nettoyées (ils marchent donc dans leur propre merde)  les poulets sont aussi sélectionnés génétiquement et nourris à renfort de compléments alimentaires qui augmentent artificiellement leur chair, cela les empêche de se déplacer correctement voire de se déplacer tout court à cause de leur corpulence… Le plus fou dans tout ça ? L’espérance de vie naturelle d’une poule est d’environ 8 à 10 ans. Un poulet élevé pour sa chair est abattu au bout de 35 jours.

 

Bienvenue dans la réalité. Je pourrais continuer comme ça longtemps à vous exposer plein de faits, la liste est longue… Mais c’était juste pour donner une idée. Ah si quand même un petit détail : on tue 60 milliards d’animaux par an… Mais ça c’est “que” les animaux terrestres ! Les animaux marins eux sont 1000 milliards par an à se faire zigouiller.

 

MAIS COMMENT PEUT-ON CONTINUER AINSI À FAIRE SOUFFRIR LES ANIMAUX ?

C’est surtout pour deux raisons.

En fait notre société à travers tous les cloisonnements qu’elle crée (les écrans, la division du travail, l’urbanisation…) nous a considérablement éloigné du rapport à l’animal. Il fut un temps on consommait ce que l’on produisait. Ça fait belle lurette que c’est fini, du coup il devient très difficile de faire un lien entre un animal tué et son assiette. Bien sûr on sait que ça vient d’un animal, on est pas stupide. Mais on a pas vu l’animal droit dans les yeux lorsqu’il s’est fait égorger.

La preuve ? On est bien nombreux à manger de la viande et donc à voir les animaux plus comme de la nourriture et donc un simple objet plutôt que comme un être vivant sensible. A tel point que même nos smartphones semblent plus précieux.

→ Pourtant, lorsqu’il s’agit de chiens ou chats, tout à coup on se sent offusqué à l’idée de les manger (en Occident).

Lui, vous le mangeriez ? Choquant d’imaginer ça, non ?

Mais si on était vraiment cohérents, on réaliserait que la vache n’est pas plus conne ou moins sensible que notre chien de compagnie.


2) Faire du bien à la planète

En fait si on voulait vraiment sauver la planète l’humanité (eh oui la planète n’a pas besoin de nous pour vivre, l’inverse si par contre), on pourrait oublier de raccourcir nos douches et prendre moins la voiture. Devenir végétarien suffirait.

Vous savez pourquoi ? Oui, non, peut-être ? Bon si vous aviez des doutes à ce sujet, voici quelques faits qui vont vous convaincre qu’on a tout à gagner à devenir végétariens.

La production animale c’est…

 

ÉNORMÉMENT DE GAZ À EFFET DE SERRE

La production de nourriture animale génère 18% des gaz à effet de serre, l’avion peut aller se rhabiller à côté ! (les transports au total incluant l’aérien, le maritime ou le terrestre sont à l’origine de 13,5% des émissions).

Ainsi, un végétarien provoque 50% d’émissions de gaz à effet de serre en moins qu’un non-végétarien (et un végétalien qui mange bio en provoque 94% de moins).

 

DE LA DÉFORESTATION MASSIVE

80% de la forêt amazonienne a été rasée pour servir de pâture au bétail ou cultiver des céréales visant à nourrir les animaux…

La déforestation massive pose un vrai problème pour de nombreuses raisons…

Or ça pose plusieurs problèmes :

 

DE LA SURPÊCHE

Les stocks de gros poisson comme le thon auraient disparu à 90%. Résultat : les prédateurs des plus petits poissons qui vivent plus en profondeur disparaissent. Et donc les plus petits poissons de profondeur prolifèrent. Jusqu’à ce qu’on vienne les pêcher à leur tour. Et plus ça va plus on va profond…

Les filets des bateaux de pêche aujourd’hui font des dizaines de kilomètres, que voulez-vous y’a l’humanité à nourrir !

Je vous mets une petite vidéo de Nicolas Mérieux que j’aime beaucoup à ce sujet. 

 

UNE CONSOMMATION D’EAU ASTRONOMIQUE

70% de l’eau potable est utilisée pour l’agriculture et la majeure partie pour… l’élevage ! Dire que 2,4 milliards de personnes sur terre n’ont pas accès à potable. Quelle absurdité.

 

Certains anti-végé clameront que l’alimentation végétarienne provoque la déforestation. En effet, le soja est un élément assez important de l’alimentation végétarienne. Et il est vrai qu’on déforeste de manière folle pour la culture du soja.

Ce que ces amateurs de viande n’ont pas dit en revanche c’est que la plupart du soja (80%) est cultivé pour nourrir… les animaux ! Qui finissent en viande pour nourrir les non végétariens. Cherchez l’erreur.

 

« Il faut devenir végétarien pour sauver l’environnement […] Tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s’entretueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut en effet récolter la joie et l’amour » Pythagore


3) Améliorer sa santé

Vous l’avez peut-être entendu, l’OMS a déclaré la viande rouge comme probablement cancérogène et la viande transformée (charcuterie, jambon, etc.) comme cancérogène (certain et non probable pour celle-ci). Venant d’une organisation si sérieuse, je trouve pas qu’on puisse prendre cela à la légère.  

 

DE NOMBREUSES ÉTUDES PROUVENT LA DANGEROSITÉ DE LA VIANDE

Mais ils ne sont pas les seuls à pointer les dangers d’une alimentation carnée. Les études fleurissent par centaines un peu partout à travers le monde. L’association américaine de diététique a d’ailleurs publié un rapport basé sur 200 études et les faits sont clairs.

Les végétariens sont moins sujet à de nombreux problèmes de santé : maladies cardiovasculaires, certains cancers (intestin, prostate, côlon, pancréas, sein, poumons), attaques cérébrales, diabète, hypertension, obésité, alzheimer.

Ainsi, un homme d’âge moyen non-végétarien a trois fois plus de risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire qu’un végétarien.

Qui plus est, l’élevage intensif décrit un peu avant fait que la viande elle-même est porteuse de maladie. Le recours massif aux antibiotiques et aux hormones favorise le développement de certaines bactéries comme la salmonella. Et sinon y’a aussi la grippe aviaire, la vache folle et j’en passe.   

Ah et au-delà de toute étude scientifique, il suffit de constater un fait simple : un milliard de gens sur terre sont végétariens et les statistiques prouvent qu’ils vivent plus longtemps.

 

RISQUES DE CARENCES, VRAIMENT ?

Vous avez lu ou entendu que les végétariens ont des carences ? Voilà une image reçue à éliminer. Alors oui si quelqu’un de végétarien se nourrit de frites et pizza végé c’est sûr il a un problème.

Mais enfin un régime végétarien comme tout régime ça s’équilibre. Enfin ça s’équilibre même plus facilement que les autres régimes, puisque comme on vient de le voir, un végétarien a beaucoup moins de problèmes de santé et a donc un apport de tous les nutriments nécessaires sans excès ni carence ! 

Vous me croyez pas ? Je vais pas rentrer dans le détail ici, je dédierai un article entier à l’équilibre dans un régime végétarien. Mais par exemple rien que pour les protéines, l’humain moyen non végétarien en consomme 2 fois trop ! Un excès facile à réguler en tant que végétarien, sans pour autant aller dans l’extrême inverse.

Les haricots sont une très bonne source de protéines, au même titre que le soja, les lentilles et bien d’autres !

4) Nourrir toute la planète

Ça peut paraître un peu gros que d’annoncer qu’on va nourrir la planète entière juste en devant végétarien.

Pourtant les chiffres sont très éloquents. Et même choquants. J’avoue qu’à chaque fois que je me penche sur ce genre de chiffres je suis sur le cul. Notre industrie agroalimentaire et particulièrement l’élevage et la production de viande est juste une machine complètement folle destinée à satisfaire nos “besoins” d’occidentaux capricieux sans faire preuve d’aucun bon sens. Enfin le seul sens de tout cela, comme d’habitude c’est la thune…. Bref.

Voici les faits.

L’agriculture intensive et ses cultures principalement destinées à nourrir les animaux qui eux-même nous nourrissent…

Y’a pas besoin d’avoir fait math sup’ pour réaliser l’envergure du problème, non ? Et de la solution 😉


5) Faire des économies

La viande représentait en 2000 une moyenne de 60 € par mois dans le budget des français, soit 20% du total de leur budget alimentation (300 €). Pas rien, non ?

Du coup, si vous voulez devenir végétarien et manger bio (je trouve que ça va ensemble) ça coûte moins cher que ce qu’on pourrait croire !

Peut-être consommez-vous déjà bio, et vous voyez que ça coûte effectivement plus cher à l’achat. Sautez donc le pas vers le végétarisme et vous verrez vos dépenses de courses fondre comme neige au soleil.

Et si vous consommez pas bio, vous allez bien sûr voir aussi de grosses économies.

D’autant qu’il ne faut pas oublier une chose importante : manger végétarien est bien meilleur pour la santé. Le rapport ? Vous vous évitez potentiellement des problèmes de santés graves ou non d’ailleurs. Et la santé, malgré le système de protection sociale français, ça peut quand même coûter. Du coup, devenir végétarien, c’est aussi faire des économies sur le long terme en pensant à sa santé !

Il faut qu’on réapprenne à penser long terme, tant pour le portefeuille que pour le reste, on s’en tirerait bien mieux !  

 

Pensez-vous à devenir végétarien ?

Que vaut mieux-t-il perdre ? La vie de ce veau ou une partie de votre alimentation ?

Alors qu’en pensez-vous ? Tentés par le végétarisme ? J’espère avoir pu en convaincre quelqu’un(e)s d’entre vous !

Si vous êtes toujours en phase de questionnement et réflexion, je vous conseille absolument 2 ressources pour creuser un peu :

Si vous voulez découvrir mon approche personnelle et pourquoi j’ai arrêté la viande, je vous conseille chaudement mon article pourquoi je suis devenu végétarien ?

Si vous avez des réflexions ou avis , n’hésitez pas à laisser un commentaire ! Si vous avez des questions aussi bien sûr 🙂

 

Sinon, si aller éventuellement plus loin que le végétarisme vous intéresse, sachez que je penche actuellement sur la question de devenir vegan. Je compte diminuer au cours des mois suivant ma consommation d’oeufs, de lait et de tout ce qui en découle.

Je parle en “mois” et non semaines car déjà faut que j’améliore mon végétarisme en apprenant à plus cuisiner (je suis pas hyper doué en cuisine même si je sais faire des trucs de base). La plupart des végés savent cuisiner, moi je suis bizarre haha. N’empêche que c’est super important de cuisiner en tant que végétarien. Donc y’a du boulot 😉  

Du coup je ferai sûrement des articles sur ma démarche pour devenir vegan ou des astuces pour être végétarien, je vous tiens au courant !

 

Et vous, vous en êtes où dans votre démarche vers moins de viande ?

Vous aimez mon article ? Épinglez-le ! 

« Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre que d’opter pour une diète végétarienne” Einstein

Quitter la version mobile