Pratiquer le slow travel : l’exemple du workaway

Moi qui suis en train de ratisser les feuilles lors de notre workaway à Mantagua au Chili

Si vous vous demandez ce qu’est le slow travel et comment vous aussi pouvez vous y mettre, j’ai une réponse à vous donner ! Le Workaway ! C’est une réponse parmi d’autres bien sûr, chacun a sa manière de faire, mais Lisa et moi l’avons découvert il y a peu et ça nous a convaincus !

Mais tout d’abord, c’est quoi le slow travel exactement ? Certes, la dénomination donne déjà un indice… En effet le slow travel, c’est une manière de voyager lentement. Mais lentement à son rythme ! Ca veut simplement dire qu’au lieu de rester 2 nuits à chaque endroit, vous allez étendre à 4 nuits, voire une semaine ou plus. Encore une fois, chacun met le curseur où bon lui semble.

Ca veut dire qu’au lieu de courir d’un site à l’autre à toute berzingue, vous allez prendre votre temps et profiter pleinement de chaque lieu ! Des raisons de pratiquer le slow travel, il y en a ! Je vous en parle dans mon article 6 bonnes raisons de pratiquer le slow travel si vous voulez creuser 😉

Bref, pour en revenir à nos moutons, le slow travel c’est canon. Et pour s’y mettre, le Workaway est un super moyen !!

Mais du coup, c’est quoi ce fameux Workaway dont de plus en plus de personnes parlent ?

 

Workaway c’est quoi ?

 

LE PRINCIPE

Workaway est basé sur le principe de l’échange. Vous venez découvrir une culture locale, filer un coup de main à une ferme, une école, un bed & breakfast (entre autres), bref, ce qui vous plaît ! Et en échange on vous loge et nourrit ! Chacun y gagne : vous économisez, vous faites des rencontres, vous découvrez la culture locale (et pourquoi pas apprenez la langue locale !), tandis que la communauté locale reçoit de l’aide et s’enrichit aussi de vos idées et de votre culture !

Lisa en train désherber le potager au workaway à Mantagua au Chili
Travailler pour aider une organisation locale, sans prise de tête ! Ici Lisa venue me filer un coup de main avec le désherbage

Du coup, vu que c’est un échange censé enrichir les deux parties, la plupart des hôtes, tout comme des workawayers cherchent en général un séjour d’un grand minimum d’une semaine. Certains hôtes demandent même un séjour minimum d’un mois. Cela se comprend et c’est entièrement dans l’esprit du slow travel : en restant trop peu, vous aurez à peine eu le temps de vous intégrer, de rencontrer les gens, d’apprendre la culture et d’apporter une réelle aide (manque de stabilité, et qui sait s’il y a un workawayer après vous ?).

 

COMMENT ÇA MARCHE ?

Pour pouvoir utiliser workaway.info il faut s’inscrire sur le site. L’enregistrement coûte 36 $ pour une personne, 46 $ pour un couple (il y a un profil pour couple).

Ensuite vous pouvez :

  • Avoir accès à la liste des 35 000 hôtes à la travers le monde (et postuler)
  • Enregistrer vos hôtes favoris dans une liste
  • Créer votre profil : il y a plusieurs catégories à remplir comme les pays que vous visitez, votre photo, vos compétences, votre histoire etc…  Si vous savez pas trop comment remplir ces catégories, le site workaway.info est très bien fait et vous fournira plein de conseils pour ce faire.
  • Contacter les hôtes ou les autres membres pour poser des questions
Le site internet de Workaway où vous pourrez gérer votre profil, contacter les hôtes et bien plus !
La page d’accueil du site workaway.info, y’a vraiment de tout comme séjours !!

Le fonctionnement du site est donc très simple ! Y’a pas mal de petites infos persos à remplir comme vu avant. Ceci dit c’est bien normal, les hôtes veulent vous connaître un peu mieux avant de vous accepter chez eux.

Nous on a pris ça très au sérieux et on a fait des mega-paragraphes haha. Mais d’autres ont juste quelques lignes, à chacun son style ! 

Du coup, je vais vous parler de notre expérience, notre premier Workaway au Chili, pour que ça devienne un peu plus concret.

 

Notre expérience

C’est juste avant d’arriver au Chili qu’on a décidé qu’il était temps d’y essayer le Workaway ! Avant de partir pour notre tour du monde, on s’était déjà dit qu’on aimerait faire l’expérience du woofing ou autre type de séjour culturel basé sur l’échange d’un peu de travail contre un logement et de la nourriture. C’est en Asie du sud-est qu’on a rencontré des voyageurs qui nous ont parlé de Workaway et ça nous a branché !

Du coup, on s’est attelé à s’y inscrire et remplir un profil. On a ensuite cherché un endroit au Chili qui nous conviendrait. Pourquoi au Chili ? Parce que c’est surtout juste avant qu’on s’y est pris. On s’est aussi dit que le Chili c’est quand même un peu cher. Et puis c’était l’occas rêvée de pratiquer notre espagnol… Et bien sûr découvrir une autre manière de faire du slow travel !

Après l’envoi de plusieurs candidatures dont certaines infructueuses, on a enfin trouvé chaussure à notre pied ! On a été refoulé de certains parce que les hôtes avaient déjà trouvé quelqu’un. Comme quoi la plateforme connaît vraiment son petit (ou même gros) succès !

Le Centro Turistico Hibiscus, pas très loin de Valparaiso allait nous accueillir pour deux semaines. Du coup c’est de cette expérience que je vais vous parler, car c’était notre unique pour le moment ! Et aussi un peu beaucoup parce que ça nous a vachement plu !

 

L’ENDROIT

Le Centro Turistico Hibiscus est, comme son nom l’indique un centre touristique. Il est situé juste à côté de Mantagua, un petit village paumé dans le centre du Chili, pas trop loin de Quintero, au nord de Valparaiso.

Ici, les vacanciers viennent profiter de la très belle nature alentours, se détendre à renfort de jardin bucolique et de piscine…

Le Centro Turistico Hibiscus, notre workaway pour deux semaine près de Valparaiso au Chili
Voici le centre de villégiature des touristes ! Et le notre aussi haha 😉

Il faut dire que l’endroit est taillé pour. Au beau milieu de la vallée de Mantagua, Hibiscus dispose d’un ample jardin de plusieurs milliers de mètres carrés, avec de coquets massifs d’arbres, des tables à pique-nique, une piscine, des chaises de jardin, un espace pour enfant et même un terrain de foot ! En plus de cela, les alentours sont une visite qui vaut le détour. Le point d’orgue, si les visiteurs le souhaitent, est l’ascension du Cerro Mauco, une montagne offrant un point de vue exceptionnel.

Vue sur la cordillère des Andes depuis le Cerro Mauco à côté de notre workaway à Mantagua au Chili
La vue depuis Ceroo Mauco permet d’admirer l’Aconcagua, un merveilleux sommet de près de 7000 mètres côté argentin ! (c’est le très grand au fond, vers le milieu)

Pour ponctuer des journées farniente (ou de marche dans les environs), le centre propose des cabañas, de jolis bungalow en bois pour 1 à 6 personnes avec tout le confort nécessaire : lits superposés ou doubles, cuisine, salle de bain, télé… Et la possibilité de se restaurer dans la salle principale du centre ou d’y organiser des réceptions.

 

LE PERSONNEL

C’était le gros point fort de notre Workaway à Hibiscus ! Les gens sont tellement adorables qu’on a passé un merveilleux séjour.

Monica qui est l’employée qui gère un peu tout, cuisine, nettoie, bref, on irait pas loin sans elle. Ni sans sa gentillesse ! On peut toujours lui poser des questions sur la culture chilienne ou quoique ce soit, elle est toujours disposée à écouter et discuter. Les repas et la vie à Hibiscus ne seraient pas les même sans elle.

Don Vicente, un monsieur âgé bienveillant qui s’occupe des tâches extérieures : entretien du jardin, coupage du bois, potager… Et j’en passe. Sous des airs parfois un peu austères, il est en réalité très gentil et attentionné ! D’ailleurs sans ses conseils je me serais sûrement cassé le dos à trier le bois !  

Moi qui trie du bois lors de notre workaway à Mantagua au Chili
Un peu de travail manuel, ça fait pas de mal, non ? Là j’étais en train de bosser avec Don Vicente et Gérard

Gérard (prononcez Jellal avec l’accent espagnol, comme le prénom arabe), l’employé qui aide Don Vicente dans toutes ses tâches ardues durant la journée. Il est très agréable aussi mais étant tahitien, il a des difficultés à s’exprimer en espagnol (à Tahiti ils parlent créole). Du coup ça a un peu limité nos discussions.

Et bien sûr, Jorge, le chef d’entreprise, qui quoique peu présent (car très occupé) a toujours été très ouvert et généreux avec nous !

En plus d’être adorables, les membres du personnel nous ont permis de sacrément améliorer notre espagnol… Même si au début ça coinçait un peu avec l’accent chilien (au Chili, on avale les “s”, ça devient vite compliqué pour une débutante espagnole comme Lisa et quelqu’un qui l’a mis au placard pour 10 ans comme moi). Mais à la fin, on était largement plus à l’aise, c’était super agréable !

Ah et j’ai failli omettre de mentionner les chiens ! (si si, ils font partie du personnel). Au Centro Turistico, il y a pas moins de 6 chiens ! Les chiens à Hibiscus, c’est super important. En l’absence de Monica, ce sera peut-être à vous de filer un coup de main pour les nourrir. Moi j’ai adoré, parce qu’après tant d’années éloigné de la maison de campagne de mes parents, je m’étais aussi un peu distancé des animaux et était devenu trop prout-prout alors que ce sont les bêtes les plus adorable au monde ! En plus pour un végé ça la fout mal de “prétendre” penser aux animaux sans être à l’aise lorsqu’il y a une bébête devant soi.

Les chiots de notre workaway à Mantagua au Chili
S’ils sont pas trop chous !!

 

LE LOGEMENT

Notre cabaña où on logeait pendant notre workaway à Mantagua au Chili
Là, c’est notre cabaña, celle où on dort avec les autres workawayers ! Un logement parfait, mais attention, il peut faire froid les nuits d’automne/hiver !

Chez Hibiscus, en tant que workawayer on est logés dans une cabaña dédiée. Elle était équipée de 3 pièces, dont la salle principale avec 2 lits superposés, et deux chambres équipées de lits superposés et double. Il y a en plus une cuisine si vous voulez vous faire un truc à manger, et bien sûr une salle de bain. Les lits ont de bonnes couvertures (et beaucoup) et l’eau de la douche est chaude ! Si je vous dis ça c’est qu’en automne/hiver (mars à septembre au Chili), ça caille sévère la nuit même si on a de belles journées ensoleillées. En effet, les cabañas sont pas vraiment isolées.

La chambre où nous dormions pendant notre workaway à Mantagua au Chili
Une chambre simple, mais avec tout ce qu’il faut ! Et pas moins de 6 couvertures pour ma part haha

Lors de notre Workaway, on était 3 puis 4 workawayers, donc c’était parfait, on se sentait pas serrés et on cohabitait super bien dans la cabaña.

 

LES REPAS

Pour bien démarrer la journée, on pouvait se servir un petit-déjeuner avec ce qui était à disposition : pain, oeufs, confiture, beurre, miel, fromage, jambon. Bref, il y en a pour tous les goûts ou presque, salé comme sucré !

Après notre “dure” journée de labeur, nous était préparé par l’adorable Monica un très généreux et délicieux déjeuner comme je ne suis pas prêt de les oublier ! Des lentilles, des pommes de terre, des légumes, du poulet, du riz, des pâtes, des salades, en quantité toujours gargantuesque, et toujours délicieux ! Et en tant que végétarien, j’avais un traitement de faveur puisque Monica était très attentionnée et pensait à moi en préparant toujours une partie/un plat végé !

Le soir par contre, c’était donc à nous de nous approvisionner au supermarché de Concón et de nous préparer à manger.

 

LE BOULOT

  • Emploi du temps

On travaillait 5 jours de la semaine, sur la base du lundi au vendredi, mais étions en réalité totalement libres de changer les jours de travail. A condition de prévenir bien entendu. Et sinon on a aussi  filé un coup de main le samedi de notre départ, car Jorge avait organisé une petite fête ! On était là pour ça après tout 🙂 

Moi qui prépare les fleurs pour la décoration des tables pour une réception à notre workaway à Mantagua au Chili
Le jour où je me suis fait fleuriste pour faire la déco des tables pour la réception organisée à notre Workaway par Jorge !

Les journées de boulot étaient courtes et plutôt tranquilles puisqu’on travaillait de 10h à 14h. C’était souvent pour des tâches manuelles et plutôt facile mais qu’on sentait un petit peu au bout de 4h (bon, si on le sentait un peu, c’est peut-être aussi un peu parce que ça faisait 9 mois qu’on avait pas bossé haha 😉).

  • Tâches

Par exemple, j’ai souvent eu à ratisser les feuilles du jardin, je me suis également occupé d’arrachage d’herbe dans le potager ou de triage de rondins de bois. Quant à Lisa elle a souvent eu des tâches ménagères dans les cabañas ou ailleurs.

Moi qui suis en train de ratisser les feuilles lors de notre workaway à Mantagua au Chili
Bon, je sais, c’est grillé que je prend la pause là, y’a pas une feuille sur l’herbe… Mais c’est parce que j’ai bien fait mon boulot ! Je vous jure que ça peut prendre beaucoup de temps… Surtout pendant un automne venteux !
Lisa en train de nettoyer la salle principale de notre workaway à Mantagua au Chili
Lisa en plein boulot de nettoyage, ça frotte dur !

En bref, c’était pas non plus si fatiguant comme boulot (quand je pense aux employés qui continuaient après la pause déj). Y’a aucune pression, c’est tranquille quoi, mais tout de même un peu de fatigue physique en fin de journée !

Si vous bossez au Centro Turistico Hibiscus à une autre saison en revanche, il se peut que vos tâches soient différentes. Nous on a surtout fait de l’entretien en gros et on a pas eu trop de boulot car c’était la basse saison. Mais vous aurez peut-être à accueillir des touristes et aurez peut-être un peu plus de boulot en pleine saison. D’ailleurs, la petit fête organisée par Jorge dont je vous parlais nous a changé ! On s’est soudainement transformés en serveurs pour quelques heures et j’ai même joué au fleuriste haha.

 

L’EXPÉRIENCE EN ELLE-MÊME

Jusque là, je vous ai parlé de tout et rien à la fois. De tout, parce que les détails pratiques sont indispensables. De rien, parce que ce ne sont pas ces détails pratiques qui nous ont tant plu dans cette expérience de slow travel ! Nous avons vraiment vécu de beaux moments, pas tant pour ces raisons pratiques… Si ce n’est bien sûr pour le personnel ou le cadre tout de même !! On va pas se mentir.

Mais on a vécu de beaux moments lors de notre Workaway pour les raisons dont je vais vous parler et qui vont vous aussi vous donner envie de vous lancer !  

  • Les rencontres

En parlant de personnel, je pense que c’est surtout les gens qu’on a rencontré sur place qui ont enrichi merveilleusement notre séjour à Hibiscus ! Tant le personnel adorable dont j’ai déjà parlé que les autres workawayers.

Les déjeuners après le boulot étaient des moments d’échange super sympa avec le personnel et les autres workawayers. Même si on était très occupés à manger, on trouvait tout de même le temps de poser de se poser des questions et d’apprendre un peu plus sur l’autre.

Déjeuner avec le personnel de notre workaway et les autres workawayers
Les moment sympas du workaway : déjeuner avec le personnel et les workawayers ! (à droite Giuseppe, au milieu Gérard et à gauche c’est moi)

En arrivant, on a croisé un couple alémano-argentin qui était sur le départ, des gens charmants mais avec qui du coup on a peu échangé.

Sur place, nous a accueilli à notre arrivée l’adorable Lucia, une espagnole qui étudiait à Valparaiso et profitait de ses études en général pour vadrouiller à travers le monde. Une fille très inspirante et gentille avec qui on a pu pas mal échanger sur le voyage lors de notre temps libre.

Après une semaine a débarqué un nouveau workawayer : Giuseppe, un psychologue italien (trop cool, j’adore la psycho !) qui a tout quitté pour voyager. On a eu des discussions passionnantes avec lui, notamment sur la psychologie du coup, c’était super intéressant !

Les dîners avec Lucia et Giuseppe étaient vraiment chouettes, on était là réunis autour de la table de la cuisine, à papoter de qui fait quoi dans la vie, du voyage, des études, de la psychologie… Bref, de belles rencontres !

  • Du temps libre pour explorer et se détendre, tranquillement

Ce qui a rendu l’expérience chouette, c’est qu’en dehors du temps de travail, on était libres de faire ce que bon nous semblait.

Du coup on est allés se balader dans les environs, le village de Mantagua est charmant !

On a aussi dû aller faire des courses pour le soir à Concón (ça c’est moins drôle mais bon).

Et puis on en a profité pour monter sur la montagne Cerro (=colline) Mauco. Oui je sais j’ai dit que c’était une montagne juste avant, mais au Chili on dirait que c’est comme au Népal, en-dessous de 3000 mètres ça compte pas comme montagne haha. Bref, le Cerro Mauco c’est 700 mètres de dénivelé positif pour une vue imprenable sur la cordillère des Andes… Dont le magnifique Aconcagua côté argentin ! Une vue fascinante qui vaut bien qu’on se donne la peine de l’atteindre.

Lisa et moi en haut du Cerro Mauco, la montagne proche de notre workaway à Mantagua au Chili
Un point de vue bien mérité après l’ascension du Cerro Mauco !
Pause pendant l'ascension du Cerro Mauco proche de notre workaway à Mantagua au Chili
Petite pause pendant l’ascension du Cerro Mauco… faut dire qu’on avait pas randonné depuis un petit moment.

Le reste du temps, il se passait pas mal de choses aussi ! On profitait de notre temps libre pour discuter avec les autres workawayers (et pratiquer notre espagnol au passage, merci Lucia !), bosser sur le blog (moi à la rédaction comme toujours et Lisa me file de sacrés coups de main avec les photos), réviser notre espagnol, planifier le voyage (enfin surtout Lisa 😁), lire… Bref, on a appris, on s’est fait plaisir et on a passé du bon temps !

Moi en train de travailler sur le blog pendant le workaway à Mantagua au Chili
Après le boulot… le boulot ! Mais sur le blog cette fois !

 

Une expérience de slow travel à refaire !

Lisa en train de lire pendant notre temps libre à notre Workaway à Mantagua au Chili
Le temps libre, c’est aussi cool avec un tel cadre : lecture en plein coucher de soleil dans le paisible jardin de notre Workaway…

On serait bien restés plus que 2 semaines à notre Workaway… On était bien là-bas…

Pourquoi on ne l’a pas fait ? En fait, c’est moi qui ne voulait pas étendre le séjour bien qu’on aurait pu. Le truc, c’est que je commençais à percevoir le mal du pays pointer le bout de son nez et qu’on venait du coup de prendre nos billets de retour pour début septembre.

Et comme on avait prévu encore d’autres pays, d’autres lieux, d’autres treks, d’autres aventures, on pouvait pas rester plus longtemps à moins de prolonger le voyage ! Qu’on ne pouvait plus prolonger vu qu’on avait nos billets…

C’est dommage, mais c’est ainsi ! En tout cas deux semaines nous ont largement suffit pour nous donner goût à ce moyen de slow travel qu’est le Workaway !

Et vous, ça vous donne envie ? Si vous avez déjà essayé, qu’en pensez-vous ? Dites-moi 🙂

Vous aimez mon article ? Épinglez-le ! 

Pratiquer le slow travel : l'exemple du Workaway

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.