Transport écologique : 7 conseils pour se déplacer en voyage

Un train à l'arrêt au Myanmar, un transport écologique par excellence par rapport à l'avion ou même au bus !

Lorsqu’on part en voyage, le transport est un incontournable de la logistique. Forcément, puisque voyager implique de se déplacer.

Malheureusement, il a été mis en lumière à quel point ces transports peuvent être nocifs pour notre environnement. Et cela ne se limite pas qu’aux trajets en avion même si c’est clairement le moyen de transport le plus polluant.

Quels sont les transports les plus durables et quelles astuces adopter pour se déplacer de façon plus respectueuse de l’environnement ? C’est pas si compliqué en fait, il suffit d’avoir les bonnes informations et astuces !

Voici donc mes 7 conseils sur le transport écologique en voyage !

 

Transport écologique : comment se rendre à destination

 

1) Privilégier le train (ou le bus) à l’avion

Alors bien sûr, si vous partez en voyage en Thaïlande, aux États-Unis ou au Sri Lanka, l’avion reste inévitable. Mais pour des trajets en Europe par exemple, le train est tout à fait capable de remplacer l’avion !

Le train est le transport écologique par excellence ! Par exemple pour un trajet Paris-Amsterdam qui fait 500km, un train grande ligne n’émet que 12g de CO2/km (contre 242g pour l’avion), joli score (chiffres de l’Ademe).

Sinon le bus reste une super option s’il n’y a pas de train ou que ça coûte trop cher (c’est malheureusement régulièrement le cas).

Moi ce que j’adore aussi avec le train au-delà du côté écolo, c’est qu’on peut savourer à fond les paysages des pays qu’on découvre. Imaginez-vous être bercés par le roulement du wagon sur les rails, votre visage collé à la vitre tandis que défilent des vallées vertes, des forêts, des lacs…

Magnifique paysage de vignes, lac et montagnes en Suisse depuis le train, moyen de transport écologique
Quand je vous parlais de lac tiens ! 😉

Conseil pratique

Pour l’Europe, que ce soit en bus ou en train, il y a un très bon réseau, alors autant en profiter ! Allez voir du côté de Oui.sncf ou Loco2. Perso je viens de découvrir Loco2 et prendre mes premiers billets chez eux et je préfère largement à sncf car le site est bien plus facile à utiliser. 

Et pour  le bus allez voir Flixbus ou Eurolines

La plupart du temps pour aller voir Lisa en Autriche depuis Paris, je réservais un bus de nuit sur Flixbus pour éviter l’avion (et ne pas perdre une journée). Pour un trajet de cette durée c’est pas hyper confortable je vais pas vous mentir, mais enfin parfois faut savoir faire un peu de sacrifice pour éviter l’avion !

 

2) Faire du covoiturage (ou du stop !)

Le train, comme je disais c’est le top du top ! Mais c’est aussi souvent un peu cher en Europe en tout cas. Un autre moyen de se déplacer au vert si vous avez pas le budget pour le train et que vous voulez pas vous taper un bus de nuit, c’est le covoiturage !

Avec Lisa, lorsqu’on vivait à Genève, on a régulièrement utilisé Blablacar pour remonter à Paris ou pour aller visiter Marseille, Lyon… Bref pour nos petites escapades quoi !

Le covoiturage c’est donc idéal pour les courts et moyens trajets (vous n’allez pas faire un Paris-Budapest en covoiturage, non ? En plus encore faudrait-il que ça existe)

Nous on a pas de voiture mais si vous en avez une, inscrivez vous sur Blablacar pour vos excursions. C’est vraiment du gagnant-gagnant car au-delà de l’aspect écolo, c’est aussi des sous de gagnés !

Et puis c’est aussi l’occasion de :

  • rentabiliser une voiture (en moyenne y’a 1,1 passager par voiture, un peu absurde, non ?)
  • moins polluer par personne
  • rencontrer des gens !

Si vous êtes courageux, tentez même le stop ! Nous on en a jamais fait mais je suis sûr que c’est très enrichissant en plus de rendre le transport plus écologique.

Voiture devant le lac Issyk Kul au Kirghizistan, un pays qui se prête bien au stop !
En faisant du strop vous pourrez faire des rencontres, découvrir des recoins et paysages inattendus…

En Europe cela se fait de moins en moins, il faut avoir du temps devant soi, etc. Si vous voulez plus d’infos sur le voyage en stop, je vous conseille l’article de ma collègue du blog Histoire de tongs !

 

3) Prendre si possible des vols directs pour les moyennes/longues distances

Pourquoi ? Parce qu’un avion rejette le plus de gaz au décollage et à l’atterrissage. Une escale veut donc dire 2 décollages et 2 atterrissages.

J’insiste sur le si possible parce que moi même je peux pas me le permettre financièrement donc voilà c’est vraiment à vous de voir selon vos besoins/moyens (selon le trajet, un vol direct peut coûter 1 fois et demi le prix voire bien davantage… )

Cela dit, en cherchant votre vol assez en avance et en creusant un peu, parfois y’a moyen de se dégoter de bonnes affaires !  

Un autre gros avantage et pas des moindre d’un vol direct : c’est beaucoup plus de confort ! Pas d’escale, pas d’emmerde de bagages à transférer, immigration à passer, bref on évite les joies des transferts quoi. À la place vous restez confortablement dans votre siège : lisez, matez un film, profitez du paysage, dormez…

Plaine verte et montagnes vues depuis l'avion près de Oulan-Bator
Restez tranquillement à bord à profiter du paysage…

J’avoue que personnellement, c’est un des points où je pèche encore sur les transports écolos et je vais justement essayer de faire plus d’efforts à l’avenir. En planifiant et cherchant mieux, je devrais trouver des vols qui vident pas mon compte !

Donc si vous pensez pouvoir vous le permettre, alors foncez !

 

4) Compenser l’empreinte carbone de son voyage en avion

Lorsqu’on prend l’avion pour nos voyages, il est aujourd’hui possible de compenser son empreinte carbone en donnant de l’argent à un site qui finance des projets qui compensent nos émissions comme planter des arbres ou installer des panneaux solaires par exemple.

Splendide vallée verte en Colombie, un patrimoine à sauvegarder en compensant ses émissions
Planter des arbres pour sauvegarder ces beaux paysages ! 🙂

Celui de Greentripper est très bien et facile d’utilisation (et on peut même y compenser ses trajets en voiture !).

Après ça doit pas nous faire oublier que c’est toujours mieux de minimiser ses voyages en avion et maximiser les transports plus propres (train, marche à pied, etc.) car ça reste a posteriori et n’annule pas le vol qu’on a pris. Mais c’est tout de même une idée fantastique !

Seul truc bien dommage avec les compensateurs d’empreinte carbone : c’est souvent réservé à l’avion (sur Greentripper y’a la voiture, mais ça zappe le bus, le bateau, etc.)

 

Transport écologique sur place, comment faire ?

 

5) Penser aux transports en commun ou au vélo

Pendant votre séjour en ville, voyez s’il n’y a pas une ligne de bus ou métro. Partout dans le monde il existe des transports en commun pour peu que la ville soit un minimum développée.

Dans les pays occidentaux, on a aussi souvent la possibilité de prendre le tramway.

Dans beaucoup de grandes villes, il est même assez facile de louer un vélo ! Le vélo c’est le moyen de transport écologique du futur car ça règle un peu tous les maux de notre époque :

  • y’a 0 émission de gaz à effet de serre
  • c’est souvent bien plus économique
  • c’est bon pour la santé !
Vélos posés sur la grille d'un parc à Paris
À Paris, y’a pas mal de vélos de location mais aussi beaucoup de vélos personnels !

En Europe, y’a des vélos en libre service dans toutes les grandes villes ! Mais pas que : y’en a même ici à Chiang Mai en Thaïlande, c’est pour dire.

 

6) Le transport le plus écologique : marcher !

Le seul moyen de déplacement 100% écolo c’est la marche à pied. En effet, si on intègre aussi la fabrication du mode de déplacement à son impact, alors le vélo n’est pas entièrement écolo (même si ça reste un super score on est d’accord). Pour marcher, pas besoin de fabriquer quoique ce soit !

Marcher n’est pas le mode de déplacement auquel on pense instinctivement pour certains trajets (notamment moyennes et longues distances en ville). Et pourtant ! On a tort car en plus d’avoir tous les avantages du vélo (comme être entièrement vert), ça permet de vraiment profiter du lieu où on est: on savoure chaque détail, on peut s’arrêter facilement, on rencontre des gens…

Moi qui marche dans les rues de Bogota et apprécie tranquillement ses maisons colorés
Moi qui apprécie tranquillement les rues colorées de Bogota

Bref, Lisa et moi on est de vrai convaincus de la marche à pied. Si le trajet ne fait pas plus de 30 minutes, on marche systématiquement ! On marche parfois même plus que 30 minutes, ça dépend des circonstances. Et on kiffe ! On découvre un petit resto coincé par ici, un quartier super sympa par là… Des endroits qu’on aurait jamais trouvé sinon.

 

Conseil bonus

 

7) Se déplacer plus lentement (pratiquer le slow travel)

Le train et le covoiturage ont beau être des transports plus verts, ils ont tout de même un impact, surtout lorsqu’on aime voyager !

C’est pour cela qu’une bonne idée peut être de ralentir et se mettre au slow travel. Le slow travel, c’est simplement voyager plus lentement et donc moins prendre de transports !

Lisa posée à admirer la vue sur Sucre depuis un panorama découvert seulement parce qu'on a pris notre temps !
On aurait jamais découvert ce point de vue fantastique si on était resté que 2 ou 3 jours à Sucre 🙂

Non seulement on fait un geste pour la planète mais on profite bien plus de notre voyage ! On est pas stressé du prochain truc à faire, on se détend, on découvre un lieu en profondeur. Avec Lisa on s’est posé une semaine à Sucre, à Siem Reap, à Pokhara (et d’autres encore) pendant notre tour du monde. Ça nous permis de découvrir un peu plus la ville, rencontrer des gens, connaître mieux l’endroit qu’on visite, y vivre presque…  

Vous aimez mon article ? Épinglez-le !

Vélos contre une grille d'un jardin à Paris, un des moyens de transport les plus écologiques !Paysage suisse vue du train, vignes, lac et montagnes

 

 

 

 

 

 

 

 

Se déplacer plus écolo en voyage, c’est plus facile qu’on le croit !

Bon, rendre ses déplacements plus écologiques est loin d’être insurmontable au final, non ?

J’avoue que j’ai encore des marges de progrès à faire. Notamment sur l’avion : prendre plus de vols directs et de façon général utiliser tout de même moins le transport aérien. Et continuer à ralentir le voyage, se déplacer plus slow.

En tout cas j’espère que toutes ces pistes vous aideront à rendre votre voyage plus vert ! Ce qui est chouette je trouve, c’est que se déplacer plus écolo c’est aussi l’occasion de découvrir d’autres façons de voyager, plus favorables aux rencontres et à la découverte sereine et savoureuse des paysages, des cultures et des gens.

Et vous, quels sont vos tips pour utiliser les transports de façon plus écolo en voyage ?

8 commentaires

    1. Haha oui bizarre, c’est pas la 1ère fois que y’a bug avec les notifs ^^
      Mais en tout cas de rien, tu avais de supers infos dans ton article, donc c’est normal 🙂

  1. Petite remarque. Les teansports en commun sont généralement des services publique. Donc en place constamment. Tel le bus le train l’avion le ferry… que bous le preniez ou pas ne change rien au fait que l’avion décollera chaque jour avec ou sans vous. Je ne vois pas l’intérêt de zaper l’avion pour des raisons écologiques. Surtout qu’il y z infiniment moins d’avion en vol qur de voitures sur les routes. La voiture et le transport routiervest le premier pollueur du monde et de très loin. Mzis on ne veux pas stigmatiser les gens… pourquoi pas.

    Pour ma part je me suis rendu en stop a Odessa. Je sillonne l’Europe en stop c’est rapide. Le plus sympa. On rencontre des gens formidables. Ce n’est pas forcement le moins cher. Czrbon peux participer offrir un café in repas si on va loin ou même prendre ponctuellement le volant.
    J’ai même été pris en carriole a cheval en Roumanie… d’une façon général évitez les autoroutes vous y êtes une clientèle captive. Sur les national je fais régulièrement de 100 a 400 km jours. Parfois plussi on fait feux de tout bois. S’adapter à ce qu’on trouve. Train quand c’est pas cher bateau stop ou le bus… il y a plein de solutions sympa. L’essentiel en c’est votre état d’esprit pour le stop. Ça apprends la patience et a s’adapter aux gens. Très formateur et en plus bous créer du lien sociale. Ce qui manque le plus dans nos sociétés.
    Bonne continuation.

    1. Hello Kris !!
      Oui je vois ce que tu veux dire pour l’avion. Cela dit je pense que c’est raisonner à l’échelle individuelle que de se dire si je prends pas l’avion il partira quand même. Si on est plusieurs à le faire, alors là ça change la donne.
      Et c’est vrai que la voiture pollue pas mal aussi, d’où ma recommandation pour les bus ou les trains !
      C’est très intéressant ce que tu dis sur le stop !! J’avoue qu’on a essayé seulement récemment en Malaise c’est effectivement une toute autre expérience et une très belle expérience d’ailleurs 🙂 Tu as du en faire des rencontres! 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.