Voyager zéro déchet : le guide complet

Moi à la plage, heureux de vivre dans la simplicité du zéro déchet

Quand on a déjà voyagé un peu et/ou qu’on commence à se sensibiliser à l’écologie, on réalise vite que lors de nos voyages, de nombreux déchets sont produits : couverts en plastique dans les bouis-bouis ou dans l’avion, pailles à gogo, bouteilles en plastique, restes jetés et j’en passe. J’arrête la liste, le but n’est pas de déprimer.

Non, car il est l’heure du changement, et il est bien plus facile qu’on ne croit.

Depuis des années que je me suis sensibilisé à l’écologie, et depuis environ un an que j’ai décidé de voyager zéro déchet, j’ai appris pas mal de choses, j’ai acquis pas mal de savoir. Ça veut pas dire que je fais pas d’erreurs (haha). Mais je pense pouvoir vous apprendre tout un tas de choses et vous guider pas à pas dans votre objectif de voyager zéro déchet.

Suivez le guide !

Cet article contient des liens affiliés :
→ À chaque fois que vous cliquez et achetez un produit je touche une commission. Mais ça ne vous coûte pas un centime de plus ! (c’est pas trop mon genre). Ça me permet de financer le blog et un jour de me rémunérer j’espère.
→ Tous les produits sont testés ou approuvés par mes soins (ou ceux de Lisa).
Si vous achetez merci pour votre soutien ! Si vous n’achetez pas, bravo, consommer selon ses vrais besoins est le plus important.

 

Voyager zéro déchet : les 5 R

Les 5 R, ce sont des règles pour atteindre un objectif zéro déchet à la maison. Ils ont été créées par Béa Johnson, la fondatrice de Zero Waste Home, un site devenu une référence (si ce n’est la référence) dans la sphère du zéro déchet.

Elle a créé ces 5 R pour aider les gens à devenir facilement zéro déchet chez eux, mais on peut aussi les adapter au voyage. Alors les 2 derniers R marchent plus ou moins en voyage, mais heureusement ce sont les moins importants dans le sens où (j’ai pas dit que ça l’était pas hein) ce sont les 3 premiers qui empêchent de produire les déchets 😉

C’est pas très clair ? Voyons voir tout ça de plus près !

 

1) Refuser

Refuser, c’est la base du zéro déchet, que ce soit en voyage ou non. C’est le plus important des “R”.

Ça veut dire par exemple refuser un sac, refuser un prospectus, ou encore ne pas utiliser l’échantillon de shampoing de la guesthouse… Et ainsi de suite j’ai envie de dire.

Vous avez pigé l’idée ?

J’avoue que perso pour bien l’intégrer ça m’a mis un moment.

Enfin, le côté dire non aux sac, aux pailles, tout ça, je l’ai vite pigé et intégré. Mais je vivais dans l’illusion agréable que tous les produits (alimentaires par exemple) ont leur pendant vrac/zéro déchet et que je les trouverai bien un jour. Bizarrement je les ai jamais trouvé.

Refuser les fruits dans le sac et donner un tupperware à la place
Non merci, pas dans un sac plastique mes fruits, le tupperware c’est très bien 😉

Comme je disais récemment dans la newsletter du blog, j’ai réalisé seulement récemment que pour voyager vraiment zéro déchet, il fallait aussi apprendre à renoncer à certains produits.

J’y reviens un peu plus tard dans l’article pour 2 raisons :

  • vous détailler le genre de produits qu’on peut éliminer de ses achats
  • vous montrer que c’est pas chiant du tout, qu’en fait dire non à certains produits, c’est y gagner ! (c’est pas mal lié au genre de produits aussi ^^)

Et juste pour info : moi aussi à un moment j’ai pensé que c’était relou de devoir dire non pour voyager zéro déchet. Puis j’ai repensé à mon objectif, mon idéal ♥︎ Et là tout à coup non seulement c’était devenu plus facile (quand on a une vision claire, tout est facile !), mais en plus je me sentais bien mieux d’agir dans le bon sens !

 

2) Réduire

Béa Johnson dans son article (en anglais) sur le voyage zéro déchet parle surtout du peu d’affaires qu’elle et sa famille ont.

Je la rejoins totalement : à mon avis (ce n’est que le mien) on vit plus heureux avec moins, et lorsqu’il s’agit de faire son sac, ça devient effectivement beaucoup plus simple 🙂

Comment en arriver là ? Pour moi ça se fait en 2 étapes :

1) Trier ses affaires de voyage et donner ou revendre celles qu’on utilise pas

2) Moins acheter : se demander ce dont on a vraiment besoin, si on va vraiment utiliser cette nouvelle paire de lunette de soleil par exemple.

Ça reste le meilleur moyen d’éviter :

  • un emballage quand il est inévitable (et ça reste le cas pour bien des choses)
  • un processus de fabrication coûteux à la planète (qui peut être considérablement réduit avec des marques responsables, mais ce n’est pas neutre non plus)
  • un produit qui même durable, puis réparé et tout, finira jeté un jour ou l’autre

A ce titre, je trouve que “réduire” est tout aussi important que de refuser finalement (mais c’est pas une compétition haha, l’un et l’autre sont vertueux). Selon moi l’idée avec la règle de “réduire” parmi les piliers du zéro déchet de Béa Johnson, se rapproche du minimalisme. Après je dis ça mais c’est mon point de vue et puis surtout, rien ne vous oblige à aller si loin et devenir minimaliste, chacun sa vie 😉  

Magasin de souvenirs, on peut moins consommer et et produire moins de déchets
Pourquoi pas acheter un peu moins de souvenirs la prochaine fois ?

Dans tous les cas, pourquoi pas songer à acheter moins de souvenirs la prochaine fois ? C’est vrai, il y a un côté sentimental non négligeable qui fait que c’est difficile de dire non. Mais projetez-vous quelques semaines après être rentré de voyage : est-ce qu’il y a une chance que ce beau souvenir ne finisse inutilisé, dans un coin, et vous fasse culpabiliser ? :/  

 

3) Réutiliser

Une fois réduit les déchets qu’on peut choper partout, on peut penser à éviter :

  • d’utiliser des objets jetables (style pailles, sacs, etc.)
  • de jeter ses affaires abîmées quand c’est possible

Réutiliser plutôt que jeter quoi.

Tout simple, mais comment on fait ?

Y’a 2 techniques :

  • Remplacer les objets jetables par des objets réutilisables

En fait, il s’agit par exemple d’avoir un sac à vrac avec soi pour pouvoir pouvoir prendre ses légumes au marché sans utiliser un sac plastique jetable. Ou avoir un boite alimentaire pour prendre ses restes au resto plutôt que les voir jeter ou même emportés mais dans un contenant jetable.

Continuez à lire l’article et je vous donnerai tous les détails !  

  • Réparer / faire du upcycling

Kit de couture pour recoudre des vêtements au lieu de les jeter
Réparer est un très bon moyen d’éviter de jeter !

Pensez à regarder s’il y a un atelier de réparation, couture, etc.

Et si vous êtes du genre un peu manuel, emportez avec vous un kit de couture pour les vêtements, ça mange pas de pain. Après pour le reste ça peut être compliqué…

Et soyez créatifs !

Votre t-shirt est troué et impossible de le recoudre ? Coupez-le en morceaux, ça vous fera des serviettes/mouchoirs en tissus réutilisables ! Le upcylcing c’est cool 😉

 

4) Recycler

Recycler est le 4ème R du zéro déchet et donc comme je l’avais dit, ça s’applique plus ou moins en voyage.

Tout bêtement, parce que le recyclage des déchets n’est possible qu’avec certains moyens qu’encore bien des pays n’ont pas. Et que pour commencer, il faudrait déjà qu’il soit possible de trier. Bref, la gestion des déchets dans pas mal de pays c’est pas toujours ça.

La bonne nouvelle : si vous avez bien fait les 3 premiers “R”, il ne devrait pas y avoir trop à recycler !

Cela dit, il y aura forcément des emballages à jeter.

Poubelles de tri en voyage, pour recycler au maximum les déchets
Penser à trier, pour maximiser les chances de recyclage 😉

Par exemple est-ce que vous seriez prêt à renoncer à aller boire un coup de temps en temps pendant votre voyage ? (moi pas ^^) Pourtant à chaque bière, c’est une bouteille qui finit à la poubelle.

Mais aussi par exemple si vous cuisinez et voulez acheter de l’huile. L’huile en vrac c’est comment dire… Très compliqué. Donc là aussi forcément bouteille qui finit à la poubelle.

Dans tous les cas voici ce que vous pouvez faire :

  • Essayer de privilégier un emballage en verre plutôt qu’en plastique si c’est possible car le verre est beaucoup plus facile à recycler.
  • Regarder un peu si votre guesthouse, auberge ou hôtel fait le tri. Par exemple ici en Thaïlande il n’y a souvent qu’une seule poubelle, mais par contre le verre est toujours laissé à côté.

 

5) Composter (Rot en anglais)

Alors oui, les 5 “R” à la base sont en anglais, d’où le R qui devient le C de  “composter” en français.

Bon alors autant le “recycler” on s’en sort pas si mal, autant perso composter en voyage… Bon je vous l’avoue même chez moi (enfin j’ai pas vraiment de chez moi aussi, c’est ça d’être nomade) je l’avais pas encore fait. Mais quand on bouge régulièrement, je vois mal se lancer dans le compostage de tous ses déchets organiques.

Là où ça reste faisable c’est si vous êtres proches de la nature, vous pouvez alors enterrer votre quignon de pomme un peu sous terre et hop !

 

Jusque-là je vous ai donc donné des règles qui vous aideront à voyager zéro déchet, avec quelques exemples pour illustrer.

Maintenant, allons encore plus dans le concret que ces petits exemples et découpons le zéro déchet en astuces selon plusieurs catégories avec des conseils très précis et concrets pour chaque.

 

L’eau non potable en voyage et comment être zéro déchet malgré tout

A moins de voyager en Europe (et encore, ça dépend où), en Amérique du nord ou au Japon, l’eau potable vous pouvez oublier en gros.

Pour éviter de devoir acheter des dizaines voire des centaines (selon la durée de votre voyage) de bouteilles d’eau plastique, vous pouvez à la place filtrer l’eau !

Gourde filtrante, un indispensable pour voyager zéro déchet
La gourde avec filtre intégré water-to-go, super pratique et zéro déchet !

Le meilleur moyen que nous avons trouvé Lisa et moi de filtrer l’eau en voyage, c’est d’utiliser la gourde filtrante water-to-go.

Perso ça fait 3 ans maintenant que j’utilise pendant mes voyages. Et elle me paraît bien plus avantageuse que les autres moyens de filtrations, car en plus d’être zéro déchet, elle est 2 en 1, ce qui évite les oublis, peut-être utilisée avec n’importe quelle source d’eau (robinet, rivière…), filtre aussi les virus et on peut boire tout de suite après le remplissage !

Bref, en plus d’être zéro déchet, la gourde filtrante water-to-go je trouve est un formidable ustensile minimaliste car elle réunit tout le nécessaire en un seul objet.  

 

La nourriture

  • Être zéro déchet au restaurant

En voyage, on est là pour profiter et puis… Dans bien des pays où le coût de la vie est plus bas qu’en France, c’est même plus économique de sortir au restaurant que de cuisiner.

Comment s’y prendre donc pour être zéro déchet au restaurant ?

Alors si vous voulez être zéro déchet au restaurant, il va falloir sortir un grand non à plusieurs choses… Mais aussi un grand oui plein de bon sens à d’autres :

NON
– aux serviettes en papier à disposition (pareil pour celles des toilettes)
– aux petits sachets de ketchup, mayo et autres trucs emballés du genre
– aux pailles en plastique jetables
OUI
– à votre serviette en tissu / mouchoir (inutilisé il s’entend)
– les frites c’est aussi très bon nature !
– à votre paille en bambou ou en métal

 

Vous pouvez aussi prendre à emporter au resto, ça peut servir à 3 choses :

1) Emporter vos restes tout simplement ! On a tous eu au moins une fois les yeux plus gros que le ventre, mais le restaurant va jeter ces malheureux restes. Tendez votre boite alimentaire et voilà ! En plus ça vous fera un prochain repas ou encas d’économisé

2) Eviter d’aller vous fournir au supermarché s’il n’y aucun marché ou vendeuse/vendeur de rue pas loin

3) Prendre de quoi manger pour un transport long ou une excursion

 

  • Cuisiner zéro déchet en voyage

Plate de pâtes et brocolis, cuisiner en voyage peut facilement éviter les déchets
Bon appétit !

Cuisiner si vous le souhaitez (et le pouvez) en voyage, c’est un très bon moyen d’éviter de produire des déchets.

Cela dit, pour parvenir à cuisiner zéro déchet, il faudra privilégier l’achat de vos ingrédients comme les légumes, graines ou légumineuses soit dans :

→ Pour l’un ou l’autre, pensez à emporter avec vous :

1) Un sac cabas ou un tote bag (ou plusieurs selon la quantité que vous pensez acheter)

→ Le tote bag vous servira pas seulement pour la nourriture mais aussi pour tout le reste comme les souvenirs, etc.

2) Des sacs à vrac ! 3, 5, 10, ça dépend aussi ce que vous comptez acheter.

Et bien sûr au marché local, n’oubliez pas d’indiquer gentiment que vous ne voulez pas de sac plastique et sélectionnez les légumes ou ingrédients non emballés.

Étales de légumes non emballés dans un marché
Le marché, un endroit parfait pour faire des courses zéro déchet et saines 😉

Si c’est difficile de trouver un marché ou magasin de vrac, si c’est trop loin de chez vous ou qu’il n’y a aucun des deux, essayez de trouver une supérette ou une vendeuse dans la rue par exemple. Y’aura moins de choix, mais ça peut tout de même beaucoup aider.

Ici à Chiang Mai, les marchés fermiers sont malheureusement trop loin de chez nous mais on se débrouille avec :

  • les vendeuses de fruits dans la rue !
  • un marché non fermier

Si vraiment vous êtes dans un coin paumé et y’a un juste un supermarché ou une supérette avec des trucs emballés, essayez de prendre :

  • les articles avec le minimum d’emballage possible (les doubles emballages par exemple c’est pas ouf)
  • des emballages en verre ou en papier/carton plutôt qu’en plastique

C’est ce que j’ai dû faire pendant Songkran (le nouvel an bouddhiste thaïlandais), les vendeuses étaient parties en congés, donc j’ai dû m’adapter.

 

  • Le snacking & les sodas

Le snacking et les sodas, ce sont un peu les ennemi jurés d’un objectif zéro déchet.

Alors je vous dis pas d’arrêter. Moi ça m’arrive de craquer de temps en temps. En tout cas je peux vous proposer des alternatives.

J’avoue qu’en tour du monde, je voulais commencer ma démarche zéro déchet, mais j’avais pas percuté qu’à chaque fois que j’achetais un snack (et c’était régulier) c’était un emballage pour juste un petit bout de sucrerie ou des cacahuètes. Et pareil pour les sodas, une bouteille en plastique à chaque fois (mais ça, ça va, en réalité depuis des années je bois très peu de soda, tant pour ma santé que pour des raisons éthiques).

Aujourd’hui du coup j’ai pris certaines habitudes pour snacker zéro déchet et plus sain (c’est double bénéf ! 😊) :

  • prendre à emporter au resto, comme on en parlait tout à l’heure, que ce soit un plat ou bien un dessert si je veux un “snack” sucré
  • acheter des fruits frais dans la rue chez la vendeuse près de chez moi (mais si vous ne trouvez pas de vendeuse, un maraîcher fait tout aussi bien l’affaire). C’est aussi plus sain et plus économique !

→ Pour moi en tant qu’écolo qui essaie d’avoir une démarche complète (zéro déchet, vegan et anti huile de palme et tout ça), appliquer ces 2 méthodes répond facilement à ces 3 engagements à la fois ! (et j’ai galéré avant de réaliser que c’était les bonnes techniques hein)

 

Si vous voulez des conseils complets pour manger zéro déchet en voyage, allez lire mon article Comment manger zéro déchet en voyage : toutes mes astuces !

 

L’hygiène et les cosmétiques zéro déchet

  • Trousse de toilette écologique et zéro déchet

La trousse de toilette classique pour un voyage est remplie d’emballages et pas des moindres, comme la bouteille de gel douche, le stick de déodorant, tout ça… En plus les gels douches et shampoings contiennent souvent des perturbateurs endocriniens et autres joyeusetés nocives pour votre cher corps.

L’idée donc pour vous aider à obtenir une trousse de toilette zéro déchet c’est de vous tourner vers des produits avec un emballage allégé au minimum et recyclable/compostable 😉

Et puis au passage, pourquoi pas passer à des produits naturels et bons pour le corps ?

Savon solide naturel, idéal pour une trousse de toilette zéro déchet
Savon solide naturel et sans déchet ! (bon juste une feuille de papier d’emballage)

J’ai testé plusieurs alternatives dans ma quête d’une trousse de toilette plus écologique et zéro déchet et je pense que la meilleure solution pour les cosmétiques sont les produits solides naturels.

Et ce pour 4 raisons :

1) Ils ont un emballage minime qui est recyclable et compostable

2) Ils sont naturels et bons pour le corps

3) Ils durent très longtemps ! Pour preuve mon savon dure à chaque fois environ 3 mois 😀

4) Bonus : ils sont solides et donc passent en cabine et sinon en soute (avion ou bus d’ailleurs) au moins ils risquent pas de se renverser… ^^

 

Les essentiels de la trousse de toilette écologique et zéro déchet

Shampoing solide naturel de Lamazuna, entièrement zéro déchet et vegan
Zéro déchet, efficace et durable !
  • Savon solide naturel

J’utilise le savon solide du Dr. Bronner’s depuis des années maintenant et j’en suis très satisfait ! En plus, il permet de pousser la démarche minimaliste plus loin si vous le souhaitez : le savon peut s’utiliser comme shampoing, dentifrice, lessive, mousse à raser et j’en passe 😉

  • Shampoing solide naturel

Si vous avez des cheveux difficiles comme moi ou pour tout autre raison, vous voulez un shampoing dédié, je ne peux que trop vous recommander les shampoings de chez Lamazuna, ils fonctionnent super bien et durent très longtemps

  • Dentifrice

Vous lavez les dents à coup de savon ne vous tente pas (je parle du savon du Dr. Bronner’s) ? Je comprends ! Dans ce cas, pensez à du dentifrice en poudre (le dentifrice solide de Lamazuna ne m’a pas convaincu, c’est bien leur seul produit qui me déçoit) !

  • Brosse à dents

Lamazuna a créé une super brosse à dents réutilisable ! Oui parce que malheureusement une brosse à dents classique non seulement on la jette, mais en plus elle n’est quasiment jamais recyclée :/ Avec la brosse à dents Lamazuna, il faut juste changer la tête usagée tous les 3 mois. On peut bien sûr la recycler en l’envoyant gratuitement à Terracycle sur le site de Lamazuna ! Bref, du vrai zéro déchet 😉

  • Déodorant solide naturel

Là encore ma préférence va à Lamazuna. Il y a bien la pierre d’alun que j’utilisais avant mais j’ai lu un max dessus et j’arrive toujours pas à savoir si elle bonne/nocive. Et le déodorant Lamazuna lui n’a aucune controverse, il est entièrement naturel et marche super bien !

 

→ Si vous voulez voir ma trousse de toilette écologique et zéro déchet complète, j’y ai dédié un article entier !

 

  • Les gestes d’hygiène pour voyager zéro déchet

Raccourcir les douches

Bon je vais être très franc : c’est le truc (ok, un des quelques trucs) de ma démarche zéro déchet où je bloque. C’est mon gros péché mignon les douches longues… :/ Mais vous êtes peut-être plus courageux/raisonnables que moi !

Utiliser votre propre serviette

Un autre truc que vous pouvez faire, c’est ne pas utiliser les serviettes fournies par la guesthouse et utiliser la votre pour éviter des lavages trop rapprochés. Mais pas besoin de se trimballer une grosse serviette qui prend tout votre sac, achetez une serviette en microfibres !

Ne pas utiliser les flacons fournis par le logement

Pensez à éviter les flacons de savon et shampoing parfois fournis par la guesthouse ou l’hôtel : de toute façon en principe vous avez les vôtres 😉

 

Les transports en zéro déchet

 

  • Ralentir les déplacements

Pour ralentir en voyage et diminuer son empreinte carbone il y a 2 moyens principaux :

Prendre des moyens de transports plus doux

Lisa dans le train qui admire les paysages tout en émettant moins de CO2 !
Le train est aussi une formidable expérience, on prend le temps d’apprécier le moment présent, savourer les paysages…

Autant que vous le pouvez ou souhaitez, pensez à ne pas prendre l’avion.

Si c’est possible et abordable selon vous, vous pouvez par exemple facilement prendre le train en Europe. Je vous recommande le site Loco2.com, il permet de faire des réservations en quelques clics pour des trajets de train en Europe.

Sur place, pensez aussi train ou bus.

En ville pourquoi pas marcher plus tant que c’est pas trop fatiguant ou encore s’essayer au vélo. Ce sont les 2 seuls transports entièrement zéro déchet à l’utilisation 😉 Sinon y’a des transports en commun dans toutes les grosses villes du monde.

Faire du vélo pour mieux profiter tout en émettant moins de gaz à effet de serre
Lisa et Julia lors de notre tour à vélo sur l’île Bang Kachao à Bangkok

→ Juste un truc sur la durée des trajets en  train ou bus : perso je trouve pas ça chiant de passer 10h dans le train, profitez-en pour mater un peu ces paysages incroyables, c’est pas un beau voyage ça ?

Limiter vos trajets et donc rester plus longtemps à un endroit

  • Plus souvent vous prenez les transports, plus ça rejette de gaz à effet de serre

Restez plus longtemps sur place, ça ne sera que d’autant de temps pour découvrir les recoins sympas d’un lieu, prendre le temps de vivre une ambiance et la vie des locaux, faire des rencontres impromptues qui n’auraient guère leur place en courant.

  • Ça facilite la mise en place des autres techniques du zéro déchet en voyage

Je vous dis ça d’expérience, parce que j’ai réalisé que quand on débarque quelque part, même préparé, il faut prendre ses marques, aller faire des courses si on cuisine, repérer les marchés, etc. Si vous restez 2 jours, vous aurez du mal à la fois à profiter et à avoir une pratique zéro déchet.

 

⇒ En gros, se déplacer plus lentement, en plus de vous rapprocher de votre objectif 0 déchet, ça permet de réhabiliter le voyage en tant que découverte, qu’expérience et non plus d’être consommé comme si c’était une vulgaire série du week-end (attention j’ai rien contre les séries, je suis comme tout le monde haha :)).

C’est ce qu’on appelle couramment le slow travel, si ça vous intéresse, je vous conseille les 2 articles suivants :

 

  • Gestes zéro déchet dans les transports

Y’a plusieurs gestes faciles à appliquer pour voyager zéro déchet :

– Refuser les repas et bouteilles servis à bord (tout finit à la poubelle)  

Bon ça j’admet n’avoir jamais expérimenté, mais c’est pas une raison pour pas vous en parler. Je trouve que c’est une très bonne idée à installer pour le prochain voyage que je ferai !

– Prévoir de quoi s’habiller assez chaud si y’a une climatisation un peu forte

Ca évite ainsi une couverture donnée qui va être lavée (enfin si elle lavée lol… Oui je sais plus personne dit lol mais je m’en fou) et est parfois emballée dans un sachet plastique

 

Vous trouverez tous mes conseils pour voyager zéro déchet et plus écolo dans mon article Transport écologique : 7 conseils pour se déplacer en voyage

 

Les gestes pour voyager zéro déchet

 

1) Ramasser les déchets

En réduisant au maximum ses propre déchets, on contribue déjà énormément ! Mais pourquoi pas filer un petit coup de main quand vous voyez des déchets par terre ?

Alors l’idée est pas de se transformer en éboueurs, car sinon dans certains coins d’Asie du sud-est vous n’en aurez jamais fini et vous n’êtes peut-être pas venus ici spécialement pour ça.

Amas de déchets en Asie du sud-est
Là j’avoue je me suis pas jeté dessus

Mais par exemple l’autre jour j’ai vu une brosse à dent en plein sur le trottoir à deux pas de chez moi à Chiang Mai (allez savoir ce qu’elle faisait là la brosse), du coup je l’ai ramassée et hop dans la poubelle qui était à 50 mètres. C’est aussi simple que ça. C’est minime, mais ça compte, je crois à la force du nombre 😉 (en plus je supportais pas de voir cette brosse à dents au beau milieu du trottoir, non mais trop bizarre quoi).

Si vous aimez la randonnée aussi, si quelqu’un a laissé des déchets derrière lui, n’hésitez pas à les mettre dans votre poubelle portable.

 

2) Échanger vos affaires plutôt qu’en acheter

Les affaires de notre sac de voyage, aussi écologiques et zéro déchets qu’elles puissent être ont forcément un impact sur notre belle planète.

Donc lorsque vous avez besoin d’une doudoune par exemple parce que finalement vous avez décidé de faire le trek du camp de base de l’Everest, pensez à voir avec d’autres voyageurs pour faire un échange !

Comment faire ? Je vous conseille le groupe Facebook Tourdumondiste.com, y’a 30 000 membres, il y a donc pas mal de chances de trouver quelqu’un pour faire l’échange 😉

 

3) Refuser tickets de caisse, dépliants, etc.

Ce sont des détails, mais on y pense pas forcément. Et perso au fur et à mesure que j’ai progressé dans ma démarche zéro déchet en voyage, j’y ai de plus en plus pensé.

Donc hésitez pas à dire non à ce dépliant par exemple, et si ça vous intéresse tout de même (ça arrive haha), prenez le en photo !

 

4) Expliquer autour de soi

Il risque de vous arriver de voir de drôles de têtes quand vous dites non à ce sac plastique. En tout cas moi quand je dis pas de sac plastique ou pas de paille en Thaïlande, ben ça arrive qu’ils me regardent bizarrement haha. Alors parfois (quand je suis pas trop timide) je leur explique que c’est moins de plastique !

Vous aimez mon article ? Épinglez-le ! 

Voyager zéro déchet : le guide complet

 

Voyager zéro déchet, pour un voyage qui a plus de sens !

Boite alimentaire, couvertes réutilisable et gourde filtrante, accessoire de voyage zéro déchet
Petit pique-nique zéro déchet à la plage 😉

Ah voyager zéro déchet, depuis que je m’y suis mis, je vous jure je me sens beaucoup mieux avec moi-même car je sais que ce sont des gestes qui comptent.

Et puis, c’est curieux, mais contrairement à ce que je pensais avant, le zéro déchet ne complique pas la vie, mais la simplifie. C’est peut-être dur à croire avant de s’y mettre, mais quand on est dedans, notre vision change 🙂 Je pense que c’est surtout dû au côté encombrement et inutilité des déchets, et dans mon esprit ça rejoint mon côté minimaliste.

Bref, j’espère en tout cas que ça fait pas trop d’infos d’un coup tout ça, mais si je me suis étendu et ai abordé plein de points, c’est par souci de vous aider à fond pour voyager zéro déchet. Je voulais être complet quoi.

Mais allez-y tranquille, à votre rythme 🙂 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.